Bientôt un rôle dans le club pour le fonds Elliott ?

ac-milan-chicago

Le Milan pourra-t-il un jour travailler sereinement ? A première vue, la réponse à cette question semble vouée à être négative pour longtemps encore, tant le club rossonero est sujet d’articles alarmistes depuis sa vente par Fininvest il y a un an et qui se sont tous avérés fallacieux jusqu’à aujourd’hui. Les médias italiens n’ont pas dérogé à leurs habitudes puisqu’ils ont profité de la trêve internationale pour reprendre le flot de leurs papiers débordant de si, de peut-être et de verbes conjugués au conditionnel.

A ce petit jeu, Il Corriere della Sera a débuté la semaine qui vient de s’écouler par un article sur la faillite d’une société appartenant à Yonghong Li. Or, ce même journal avait sorti cette même information il y a tout juste un mois, entraînant la réponse du président du club. De plus, un média chinois avait contacté la maison-mère de la société en question et on lui avait répondu que Yonghong Li n’avait rien à voir avec cette entreprise en plein faillite. Quel était l’intérêt pour Il Corriere della Sera de ressortir son article à un mois d’intervalle ? Difficile à comprendre…

Par la suite, les médias italiens se sont à nouveau alarmés lorsque l’on a appris que Marco Fassone, administrateur-délégué de la société AC Milan, avait demandé le versement de 10 millions d’euros à la maison-mère du club, Rossoneri Sport Investment, en vue de la prise en charge des frais inhérents à la vie du Milan. Pour la presse italienne, il n’en fallait pas plus pour annoncer une future faillite du club. Là encore, l’alarmisme n’était guère de mise puisque les 10M€ en question correspondent à une partie de la dernière augmentation de capital d’environ 35M€ prévue depuis plusieurs mois et demandée par le conseil d’administration pour juin prochain.

Toutefois, s’il y a bien une nouveauté à ce niveau-là, c’est que le fonds d’investissement Elliott Management Corporation s’est ‘porté candidat’ pour réaliser cette augmentation de capital, alors même que le Milan et Yonghong Li ont jusqu’à octobre pour refinancer leur dette contractée à l’égard de ce fonds. C’est en effet le serpent de mer de ces dernières semaines : la dette du club et de son président sera-t-elle refinancée avant la date limite fixée à octobre prochain ? Récemment, la banque Merrill Lynch avait marqué son intérêt pour refinancer la dette du Milan (123M€, plus les intérêts) mais pas forcément celle de Yonghong Li via Rossoneri Sport Investment (180M€, plus les intérêts). Ainsi, le Milan deviendrait financièrement sain, contrairement à son président-propriétaire qui serait toujours endetté…

En finançant l’augmentation de capital, le fonds vautour Elliott élargirait un peu plus son emprise sur le Milan et abonderait ainsi la rumeur selon laquelle il envisage de prendre le contrôle d’une partie du capital du Milan, sans en devenir l’actionnaire majoritaire. En effet, par un communiqué de décembre dernier, la direction du fonds américain avait affirmé ne pas vouloir contrôler le Milan, tout en souhaitant conserver l’équipe en place. Pourtant, les actions de ce fonds ne semble pas anodines.

Outre cette volonté de financer l’augmentation de capital, les dirigeants d’Elliott auraient fait savoir à Marco Fassone que le fonds serait représenté en soutien du club lors des réunions devant se tenir le mois prochain à Nyon, au siège de l’UEFA, concernant la mise en place du settlement agreement dans le cadre du fair-play financier. En rejetant la demande de voluntary agreement émise par le Milan, l’UEFA avait déploré le manque de clarté de la situation financière du club : avec un fonds comme Elliott à ses côtés, l’administrateur-délégué rossonero gagnerait sans aucun doute en crédibilité.

Devant ce flou artistique, la presse italienne continue sa cabale à coup de conjectures présentées comme véridiques et vérifiées. En quelques jours, la faillite du Milan a été envisagée, puis le rachat du club par – successivement – un fonds saoudien, un oligarque ouzbek et les propriétaires russes de l’AS Monaco, puis une enquête pour blanchiment d’argent dans le cadre de la vente du club par Fininvest ouverte à l’initiative du procureur de Milan

Pourtant, s’il y a bien une constante depuis le rachat du club, c’est que tous les engagements ont toujours été honorés à temps comme les versements pour les différentes augmentations de capital ou les paiements des indemnités de transfert à l’attention des clubs vendeurs. Reste maintenant à comprendre la stratégie du fonds américain : une fois la refinancement de la dette du club effectué, Elliott laissera-t-il ‘dépérir’ l’emprunt de Yonghong Li afin de récupérer un Milan financièrement sain ? Si tel est le cas, cherchera-t-il un nouveau repreneur pour la majorité des parts du Milan ? Une chose semble certaine : à l’avenir, les destins du Milan et d’Elliott ne devraient pas être complètement éloignés.

  • Kévin Mortier Di Gaetano

    Et est ce une si mauvaise chose ?…

    • ACMilan

      On sont fiche du propriétaire du milan nous les supporters notre priorité c’est les victoires et mercato si nn elliott ou yonghong li ou un saoudien c’est pareil

      • Romagnoli1899

        Elliott c’est un fond d’investissement ils vont chercher que le profit j ai peur de retrouver un arsenal bis sans ambition si ce n’est boucler l’année dans le positif

        • ACMilan

          Oui je sais mais J’espère que le prochain propriétaire il sera l’homme de la situation

        • Shevchenko_7

          L article dit qu Eliott ne changera pas l équipe en place, quelque soit le poste. Juste qu ils vont chercher a vendre le Milan sans toucher au côté sportif

error: