Primavera : Le Milan attrape froid

10501656_754784017925235_3667189484983884057_n

Après plusieurs journées très satisfaisantes, on attendait beaucoup de ce weekend la au vue des matchs qui devaient être disputés. Malheureusement, les jeunes Rossoneri ont eu un gros coup de moins bien général, pour diverses raisons. Entre des équipes qui se sont fait peur et n’ont en tout cas pas rassurés leurs tifosi, d’autres qui ont déçu et enfin certaines qui ont de quoi nourrir des regrets, retour sur le weekend du secteur jeune de la maison Rossonera.


Primavera: Sassuolo 1-0 AC Milan


1554480_783261511686185_4293682917708747912_n

Le onze Rossonero: Donnarumma;  Rondanini, Mondonico (Cutrone 46′), Bordi, Derosa;  Mastalli, El Hilali, Gamarra (Turano 81′);  Vassallo, Fabbro (Gori 39′), Di Molfetta. (4-3-3)


Après la défaite Mercredi dernier en coupe à l’Atalanta (2-1), on attendait la réaction supposée des joueurs de Brocchi (ci dessus sur la photo). Ce dernier, une fois n’est pas coutume, a d’abord surpris tout son monde en optant pour quelques choix surprenant bien que les absences nombreuses (De Santis, Calabria, Felicioli, Crociata, Modic, Mastour) n’ont pas aidé notre Mister.

Le début de match est comme souvent Milanais mais la finition n’est cette fois pas au rendez vous. Tour à tour, Vassallo, Mastalli et Di Molfetta vont buter sur le portier adverse sans que celui ci ne soit réellement en danger.

En revanche les contres attaques adverses, elles, le sont réellement. En effet, à chaque fois que les attaques Milanaises s’avéraient infructueuses, c’est Sassuolo qui en profitait en arrivant  en triple vitesse vers les buts du portier Rossonero. Fort heureusement, le très jeune Donnarumma – 15 ans – fut durant 40 minutes sur son petit nuage en s’offrant de nombreuses parades de grande classe qui préserva pour le moment les Milanais.

Malheureusement, le tournant du match vient après cette fameuse quarantième minute, moment où l’arbitre va malgré lui changer le cours du match. C’est sur une énième contre attaque que le match va basculer, contre attaque où l’attaquant local va se présenter face à Donnarumma et perdre son duel. Tout allait bien…sauf que l’attaquant exagère le contact avec le gardien et s’écroule au sol. L’arbitre est dupé: penalty et – comme le veut le règlement en tant que dernier défenseur – carton rouge pour le pauvre Donnarumma qui n’a rien à se reprocher.

Brocchi est obligé de sortir prématurément le malheureux Fabbro – déjà en manque de temps de jeu – pour le gardien habituel Stefano Gori qui ne pourra parer le penalty. 1-0 pour les locaux.

La seconde mi temps est une copie conforme, quoi qu’accentuée par l’infériorité numérique Rossonera, de la première avec un Milan qui part à l’abordage du but de Sassuolo et ces derniers profitant des largesses défensives Milanaises.

Malgré le coaching très offensif de Brocchi – avec un passage en 4-2-3 dès le retour des vestiaires – , le score ne bougera pas jusqu’à la fin du match du fait de l’excellent match du portier local et de la toute aussi excellente rentrée de Gori qui nous à délivré quelques arrêts de grande classe.

Fin du match et cruelle désillusion pour une équipe Milanaise qui paye certes une grossière erreur de jugement du corps arbitral mais aussi un manque criant d’efficacité devant le but.  Au classement, le Milan fait évidemment la mauvaise opération du weekend en laissant l’Inter filer à 7 points (32 points contre 25) et en permettant à l’adversaire du jour de revenir a quatre unités…

Lors de la prochaine journée, nouveau match à haut risque pour des Milanais qui recevront l’actuel 4° du groupe (à six points du Milan) et champion en titre, le Chievo Verone. Si l’équipe n’est pas la même que la saison passée, prudence car ces derniers sont dangereux et ont souvent accrochés les meilleurs équipes de la poule.


Les plus:


– Gianluigi Donnarumma: S’il est l’homme malheureux de ce match, injustement expulsé, il n’en reste pas moins qu’il fut durant quarante minutes absolument brillant. Auteur d’une double parade de grande classe, d’un arrêt à bout portant ou encore de deux interventions parfaitement exécutés, il à écœuré les attaquants adverses par sa taille et sa vivacité. Le plus jeune élément du championnat a encore montré pourquoi il était autant en avance. Prodigieux. Espérons toutefois que son expulsion ne vienne pas lui mettre un coup au moral alors que sa prestation fut sans aucunes fausses notes.


– Stefano Gori: Il avait envie de montrer que lui aussi était encore la et que nous ne l’avions pas recruté pour rien la saison dernière. Il a parfaitement supplée son cadet en étant absolument impeccable lui aussi. S’il n’a pu contrer ce penalty, il n’en reste pas moins qu’il à réussi à éviter au Milan une déroute plus importante en se transformant en mur infranchissable. Si l’on peut regretter l’absence du jeune gardien, nul doute que Gori saura parfaitement le remplacer lors du prochain match.


Les moins:


– Christian Brocchi: Excellent entraîneur depuis le début de la saison, ces choix audacieux au début du match n’ont cette fois pas été concluants. Si le fait de remplacer Turano par Rondanini fut dans la logique des choses (le premier étant en grosse difficulté depuis quelques matchs), la performance du second n’a guère été convaincante. Pire, on peut se demander l’utilité de lancer Fabbro au détriment du jeune Patrick Cutrone ou pire du meilleur élément offensif de cette équipe, Luca Vido. Enfin, laisser Locatelli sur le banc est également une décision difficile à comprendre et qui ne s’est en tout cas pas avéré payante.


– L’ensemble de la défense: Il n’est pas nécessaire de faire long, les « plus » cités au dessus l’indiquent clairement. Si les gardiens ont pu autant se mettre en valeur durant ce match, c’est aussi parce que l’ensemble du bloc défensif, et a fortiori les quatre défenseurs, ont montré des carences assez inquiétantes. Rondanini n’a jamais été dans le bon tempo, Derosa a eu un gros coup de moins bien après plusieurs matchs de hautes factures et la défense centrale a été très fébrile. Un changement s’impose pour le prochain match sous peine de subir une nouvelle déconvenue.



Berretti: Pordenone 4-4 AC Milan (Casiraghi x3, De Santis)


1623565_402462696555690_922596368_n

Les matchs se suivent et se ressemblent pour cette équipe. Nouveau match nul  (le second de rang et le quatrième en douze rencontres) une nouvelle fois avec énormément de buts marqués (34 buts en 12 matchs, de très loin la meilleure attaque de la poule)…mais avec encore une fois trop de buts concédés (23 buts concédés, 13° équipe sur 16 sur ce plan la !).

Si Meleleo et Miti ont pu se mettre en évidence au cours de la saison, c’est cette fois un ex grand espoir du club en la personne d’Andrea Casiraghi (ci-dessus sur la photo) qui s’est montré à son avantage durant la rencontre. S’il n’a pas – encore – confirmé les espoirs placés en lui, il a retrouvé les chemins des filets après un certain temps sans marquer.

Notons également que c’est Ivan De Santis (titulaire habituel de la Primavera mais trop diminué pour jouer la veille avec son équipe d’origine) qui offre le point du match nul en toute fin de rencontre.



Allievi Nazionali: AC Milan 3-2 Cittadella (La Ferrara, Agnero, Zanellato)


Le onze Rossonero: Cancelli;  Malberti, Spinelli, Iudica, Llamas;  Hadziosmanovic, De Piano, Zanellato;  Hamadi, Agnero, La Ferrara. (4-3-3)

Que ce fut dur ! Auteur d’un non match durant près de 50 minutes qui à vu le Milan être mené de deux buts à domicile, la réaction fut d’autant plus surprenante tant on ne les voyait pas revenir.

Privé de certains joueurs (Locatelli, Cutrone, Donnarumma, M.Modic et El Hilali), on imaginait pour autant pas le Milan se faire inquiéter par une modeste équipe de Cittadella, dans le ventre mou du classement au coup d’envoi.

Bien mal nous en a pris, brouillon offensivement, ils ont été cueilli à froid à la suite d’une erreur pour le moins inhabituel du capitaine Marco Iudica qui contrôle mal et perd le ballon au profit de l’attaquant adverse qui se charge de crucifier a bout portant le portier Rossonero.

La suite de la période est à l’image du début du match, en faveur de Milanais brouillons imprécis en attaque et avec une défense fébrile qui doit se reposer sur quelques individualités tel le terzino Llamas et le gardien Cancelli pour conserver leur unique but de retard à la pause.

Néanmoins, la seconde période démarre comme la première. A la suite d’une perte de balle de De Piano, le numéro dix de Cittadella offre une balle millimétrée à son attaquant – partit à la limite du hors jeu – qui devance Malberti et Spinelli pour aller battre le gardien Rossonero. 2-0, la messe semblait dite et le Milan ne montrait jusqu’alors aucun signe de révolte apparente.

Mais les U17 Rossoneri s’avèrent être plein de ressources et, à défaut d’agir, ils ont été capable de réagir. Plus incisifs, se projetant plus vite vers l’avant, il ne fallu que quelques minutes pour voir les Milanais réduire l’écart par La Ferrara à la suite d’une passe magnifique d’Hamadi qui se défait de son adversaire directe avant d’offrir une passe en profondeur parfaite pour son ailier gauche qui se chargea de marquer du plat du pied.

Puis, un quart d’heure plus tard, c’est Agnero (qui continue son ratio d’un but par match depuis quelques rencontres) qui permet au Milan d’égaliser à la suite d’un gros cafouillage dans la surface adverse et qui profite à nos jeunes Rossoneri.

Marqués psychologiquement par ce retour Milanais, Cittadella finira même par flancher une troisième fois en encaissant un nouveau but par Zanellato à la suite d’un centre parfait du jeune N’Diaye. On en restera la et ce sont des Milanais peu brillants mais héroiques qui s’imposent.

Difficile victoire donc, une victoire qui les maintient dans le peloton de tête puisque le trio reste inchangé (le leader Interiste et le Chievo, troisième, ont eux aussi gagnés) avec un Milan qui reste à la seconde place du classement avec 27 points en 12 rencontres.

Lors de la dernière journée de la phase aller, les Milanais iront se déplacer a Cagliari (12° avec 9 points), une rencontre a priori simple mais nos jeunes devront à tout prix éviter undébut de rencontre similaire sous peine de connaître une réelle déception. Rappelons qu’il est urgent de finir dans les deux premiers pour éviter la phase des barrages et que, pour l’heure, seul deux points séparent le Milan de ces deux poursuivants (le Chievo Verone et Cesena).



Allievi Lega Pro: AC Milan 0-2 Renate


Le onze Rossonero: Del Ventisette;  Montrasio, Viola, Curto, Cortinovis;  Pobega, Zhikov, Cantelli;  Marchesi, Sinani, Forte. (4-3-3)


Les matchs se suivent et se ressemblent pour les U16 Milanais. Une nouvelle défaite pour une génération qui continue de décevoir après les belles promesses entrevues il y à un an (demi finalistes des Giovanissimi Nazionali la saison dernière). Privée des deux « surclassés », Vittorio Vigolo et Moris Sportelli en raison des convocations pour les U15 Italiens, le Milan n’a pu remporter ce match ni même obtenir un point face à une équipe pourtant à sa portée.

Cela se ressent au classement avec désormais une dixième place au classement et une série de matchs sans victoire qui dure depuis presque deux mois maintenant. En vacances après cette rencontre, ils finissent donc cette phase aller avec un bilan peu glorieux de 14 points en 13 rencontres. Espérons que le premier match de la phase retour, à domicile contre l’avant dernier Varese, permettra à ces jeunes de renouer – enfin – avec la victoire…


Et les plus jeunes:

Pas de matchs pour les Giovanissimi Nazionali 2000‘  qui reprendront le championnat le weekend prochain à Renate en cloture de la phase aller. Les plus jeunes en revanche ont tous brillé et redorent un peu l’image d’un Milan bien moribond sur l’ensemble des résultats:


CALCIO


– Les Giovanissimi 2001 ont remporté difficilement leur match face à Como 2-1 (De Palo, Navoni). Au classement, le Milan permet de distancer son adversaire du jour (quatrième mais désormais à 4 points) et restent seconds avec 32 points en 14 rencontres. Après un début de saison compliquée (5 points en quatre rencontres), les jeunes Milanais ont enchaîné les victoires en remportant 27 points sur 30 possibles. Prochaine et dernière journée contre Albinoleffe (sixième avec 23 points)

– Les Giovanissimi 2002 ont étrillé Feralpisalo sur sa pelouse sur le score sans appel de 8-2 (Luscietti x3, Giosuè, Cretti, Pio Loco, Finiguerra, Palmieri). Au classement, le Milan conserve également leur seconde place avec 36 points sur 42 possibles, les deux défaites ayant été concédé contre le leader Interiste (qui réalise un sans faute pour le moment) et face à l’Atalanta (troisième). Lors de la dernière journée de la phase aller, le Milan reçoit Como (5° avec 22 points)

– Les Esordienti 2003 ont remporté leur duel contre Pavia 2-0 (Kourouma x2 – ci dessus sur la photo) et maintiennent un rythme excellent avec 23 points sur 30 possibles.

– Les Esordienti 2004 ont été l’auteur du carton du jour en massacrant Rozzano Calcio sur le score de 10-0 (Boni x3, Foglio x3, Montesano x2, Veglia x2). Au classement, les Milanais sont leaders puisqu’ils effectuent un parcours parfait avec un total de 9 victoires en 9 matchs et 27 points au compteur. En prime, les babys Milanais ont mis un total impressionnant de 67 buts marqués pour seulement 6 encaissés.

error: