Quel bilan pour ce mercato estival ?

higuain-caldara-casamilan

Vendredi dernier s’est cloturé un mercato plein de rebondissements pour le Milan. S’il est toujours possible d’évacuer quelques éléments indésirables jusqu’au 31 août, vers des championnats dont la fenêtre mercato ne s’est pas encore fermée, nous connaissons la totalité des joueurs qui composeront l’effectif de l’AC Milan pour la saison 2018/2019, au moins jusqu’à l’ouverture du mercato hivernal en janvier prochain. L’heure est donc au bilan de ce mercato, avec son lot de satisfactions, de doutes, de craintes mais aussi d’espoirs pour la saison à venir. Pour cela, AC Milan – Zone vous propose un bilan sous forme de quelques points estimés positifs par la rédaction, mais également des éléments plus négatifs résultant de cette fenêtre de transferts.

 

Les satisfactions…

 fbl-friendly-esp-ita-real-madrid-milan-5b7159dbc445672401000001

Un neuf d’envergure au sein de la maison rossonera

Depuis le départ de l’agaçant mais tout aussi génial Zlatan Ibrahimovic en 2012, le Milan peinait à se retrouver un buteur de très grande qualité, une pointure mondiale. En enchaînant des coups plus ou moins réussis (surtout moins) avec les recrutements de Giampaolo Pazzini, Fernando Torres, Mattia Destro, Luis Adriano, Jeremy Menez, Mario Balotelli ou plus récemment Carlos Bacca et Nikola Kalinic, le Milan s’est offert cet été une garantie : la fiabilité d’un buteur en capacité de marquer entre 20 et 30 buts par saison avec le recrutement de Gonzalo Higuain.

Nous reviendrons ultérieurement sur le deal qui aura permis de recruter un tel joueur, mais nous allons d’abord nous attarder sur le joueur lui-même. Gonzalo Higuain, ce n’est jamais moins de 23 buts (son total de l’an passé) toutes compétitions confondues par an depuis son arrivée en Italie, le tout suppléé par quelques passes décisives (sept la saison précédente). D’une manière générale, depuis sa dernière saison espagnole (un épiphénomène tant il a pu marquer au sein du Real Madrid, en atteste les trois saisons où il aura culminé à plus de 25 buts), il a toujours répondu présent avec un total de buts tout à fait excellent. Si on a souvent pu lui reprocher ses prestations décevantes lors de matchs à enjeu (finale de la Copa America ou de la Coupe du Monde notamment), on est forcé de constater qu’en terme de régularité, il est difficile de trouver mieux pour un club comme Milan.

L’an passé, là où nos principaux concurrents affichaient un numéro neuf de grande qualité (Dzeko, Icardi, Immobile, Mertens… et justement Higuain) alors que nous devions nous « contenter » d’un gamin formé au club et de deux déceptions, cette année, nous pourrons au moins regarder droit dans les yeux nos adversaires avec la présence d’un neuf de talent. Si l’on peut légitimement se poser la question du nombre de (bons) ballons qu’il recevra, notamment au regard des faiblesses dans le jeu collectif milanais depuis des années, il reste malgré tout une assurance nous permettant de convertir nos occasions.

Le « deal » Bonucci

Déjà présent dans les satisfactions du mercato, rare sont ceux qui auraient pu prédire un tel scénario et, mieux, que son départ puisse se retrouver dans les satisfactions du mercato 2018. En effet, après un an sous nos couleurs, il semblerait que l’appel de la Juventus soit trop fort pour notre ex capitaine et il a très vite montré des envies de départs, peu important les raisons qui l’avaient poussé à quitter Turin et Allegri. Avec un club en total reconstruction, dont la direction venait d’être modifiée et avec son capitaine souhaitant un départ, le club avait tout pour être fragilisé par cette prise de position du numéro 19. Pourtant, mené habilement par le revenant Leonardo, ce dernier a réussi à préserver les intérêts du club et a largement contribué à rendre ce deal satisfaisant pour le Milan. 

Le but n’est pas ici de démontrer que le Milan sort gagnant du deal vis-à-vis de la Juventus, mais de constater simplement que le club a parfaitement réussi à se dépêtrer d’une situation fort complexe en récupérant un défenseur central ultra prometteur et donc en récupérant un top buteur européen, le tout dans le cadre d’une opération financière qui n’impacte pas énormément le bilan financier du club.

On peut sans doute regretter, voire contester l’attitude de Bonucci – visage d’un nouveau Milan en sus du brassard de capitaine – qui quitte le navire après une année seulement. Toutefois, avec des contreparties comme Caldara et Higuain, les tifosi n’ont guère pleuré le départ de l’ancien capitaine et n’avaient surtout qu’une hâte, voir enfiler le maillot rossonero par nos deux nouvelles recrues.

Un effectif plus fourni

Problème majeur l’an passé dans la mission commando organisé par Gattuso, le mercato estival 2018 offre davantage de cartouches à notre Mister, grâce aux ventes des indésirables et aux recrutements de quelques joueurs intéressants. Nous reviendrons sur la qualité de ces éléments en détail plus tard, mais le Milan s’offre tout de même des joueurs prêts à l’emploi et différentes options tactiques possibles. Tout d’abord la venue de Tiémoué Bakayoko permet à Gattuso d’avoir (enfin) ce qu’il souhaite depuis le début, une alternative à l’Ivoirien Franck Kessié, tout en comblant le vide laissé par le départ de Locatelli puisque le Français peut faire office de six, dans un style toutefois purement défensif, loin du « regista » que l’on connait bien en Italie.

Ensuite, le club à recruter l’ailier de Villareal Samu Castillejo. S’il est un ailier droit de base, avec des caractéristiques proches de Suso, il semble plus rapide que notre Espagnol et sa polyvalence lui permet d’être une solution de secours pour différents postes. Enfin, l’Uruguayen Diego Laxalt permet au club et à Gattuso d’avoir une réelle solution de rechange au poste de latéral gauche (notamment après le départ d’Antonelli et le grave soucis médical de Strinic), tout en s’offrant la possibilité de le faire évoluer un cran plus haut.

Ajouté à cela la venue de Pepe Reina, doublure crédible d’un Donnarumma qui ne pourra plus se reposer sur son statut de titulaire indiscutable concurrencé préalablement par un Storari vieillissant et son frère au niveau douteux, ou celle d’Alen Halilovic, réel pari mais dont la capacité à évoluer sur bien des postes offensifs pourrait nous être utile, le club s’offre donc davantage la possibilité de tourner avec des joueurs (Bonaventura, Calhanoglu, Kessié) qui pourraient ne plus être sur-utilisés par Gattuso tout au long de la saison. Si l’on pourra toujours reprocher que ce n’est pas assez, que ce n’est pas suffisant, il faut reconnaître que nous aurions tous signé pour un tel mercato au moment de l’annonce de l’exclusion européenne et du flou entourant la direction chinoise. 

 leonardo-maldini

Le Milan aux Milanais !

Que c’est bon de revoir des têtes connues dans l’organigramme rossonero ! Après le cuisant échec chinois, le fonds Elliott a effacé toute trace ou presque de ce qui composait ce fameux Milan chinois, avec en tête de liste les dirigeants Mirabelli et Fassone. Exit donc les ex interisti, dont beaucoup leur reprocheront les nombreuses erreurs au cours de la dernière année civile.

Pour les remplacer, le fonds Elliott, incarné par l’homme d’affaire Paul Singer, a frappé fort et à tout d’abord fait revenir Leonardo. Personnage contesté depuis son passage à l’Inter en 2011, l’ex joueur et dirigeant milanais restait une pointure dans le milieu et était l’assurance de le voir être pertinent dans « son » club. S’il n’a pas eu faire des miracles avec un laps de temps aussi court, il a tout de même multiplié les rencontres, les rendez-vous et les tractations, avec comme meilleur résultat le fameux duel avec la Juventus suite aux volontés de Bonucci.

Mieux, il y a quelques semaines, le club a réussi à nous ramener MONSIEUR Paolo Maldini. La légende vivante du club rouge et noir revient donc au club, neuf ans après sa retraite. Alors que l’on se désespérait de voir à nouveau Maldini au sein du Milan, avec un rôle de dirigeant, le fonds Elliott a réalisé ce rêve avec le retour de l’enfant prodigue. Si des flous subsistent sur son rôle réel au sein de la direction, nul doute que le bon Paolo a bien étudié le dossier avant d’accepter un tel poste, lui qui insistait sur le fait de vouloir un poste à responsabilité et non une simple tête d’affiche pour le club.

  

Mais aussi quelques doutes…

 mauri_m

L’effectif est renforcé, oui, mais…

C’est certain, le Milan 2018-2019 apparaît comme plus solide que la saison passée, notamment de part les possibilités sur le banc. Néanmoins on peut se poser la question de la pertinence de certains choix au regard de certains manques du club. L’arrivée de Bakayoko va permettre à Kessié de souffler, mais n’aurait il pas été préférable de chercher un titulaire à l’Ivoirien, très décevant tant tactiquement que techniquement l’an passé malgré une volonté débordante ? De plus, Castillejo apportera sans doute un plus à l’effectif, mais un ailier gauche de qualité n’aurait il pas été plus utile plutôt qu’un ailier droit de formation ?

Plusieurs questions subsistent sur les profils ciblés, notamment par Gennaro Gattuso. En effet, si l’effectif est plus intéressant, l’équipe type elle, ne semble pas radicalement modifiée, exception faite du cas Higuain. Nous observons les mêmes limites au milieu, le même contre emploi pour Calhanoglu sur son aile gauche et des prévisions qui laissent planer certains doutes sur la capacité du Milan à créer du jeu.

Bien évidemment, la marge de manœuvre du club était restreinte, le changement de la direction n’a pas aidé et il est difficile d’incriminer le club vu les rebondissements qu’il y a pu avoir au cours des derniers mois. Toutefois, nous pouvons regretter certains joueurs au vue du marché des transferts. Au milieu de terrain, il est difficile de ne pas regretter l’absence de Milan Badelj (ci-dessous sur la photo), laissé libre par la Fiorentina et qui aurait apporté une concurrence plus intéressante que Bakayoko, avec notamment davantage de qualités techniques. En outre, on peut regretter l’absence d’intérêt pour le jeune milieu Niccolo Barella (Cagliari). Si une telle opération n’aurait pas été sans risque d’échec, l’intérêt en début de mercato du club sarde pour Locatelli associé à la capacité des « petits » clubs de lâcher leurs meilleurs éléments pour des prêts payants avec option d’achat (comme Sassuolo avec Politano à l’Inter) aurait pu permettre au Milan d’accueillir un joueur qui, sans être le « rêve » Milinkovic-Savic, aurait apporté bien plus de qualités footballistiques que Kessié (ou bien même le Bonaventura difficilement revenu de sa grave blessure de janvier 2017 de la saison passée).

Sur le coté gauche, nous avons certes évité Bernard et ses prétentions salariales abracadabrantesques, mais la venue d’un ailier droit nous ferait presque regretter la non-nenue du Brésilien. Sans remettre en question les qualités de Castillejo, certains ailiers auraient pu permettre au club de se renforcer.  Nous en avions parlé : Diego Perotti fut, pendant un temps, sur le départ de la Roma qui souhaitait faire de la place pour un ailier droit. Toujours au sein du championnat, avec 3 ex joueurs de l’Atalanta version 2016/2017 (4° du championnat), il n’aurait pas été inintéressant de se positionner pour Papu Gomez. L’inconvénient de l’absence de plus value possible pour ce joueur aurait été compensée par la venue d’un ailier intéressant et surtout adapté au Milan et à ce qu’il lui manque depuis un an : percussion, jeu en profondeur, vitesse d’exécution. Toujours au niveau des ailiers, annoncé pendant un temps, Quincy Promes semblait plaire aux dirigeants et aurait été un recrutement de choix vu les facultés de l’ailier de 25 ans, resté finalement en Russie. D’autres noms pouvaient être cités, l’essentiel étant ici de montrer que le club a sans doute privilégié la facilité avec le fait de se « débarrasser » d’un Bacca au salaire trop encombrant en incluant un joueur de Villarreal dans la transaction, au détriment des besoins réels de l’effectif. Dommage…

Milan+Badelj+SS+Lazio+vs+SSC+Napoli+Serie+6tFuwwaGhgZl

 

Un effectif encore trop encombrant et encombré

Si cette donnée pourrait être modifié d’ici le 31 août prochain, à l’heure ou nous écrivons ces lignes, l’effectif rossonero est encore imposant, tant au niveau du nombre de joueurs que de la masse salariale qui en découle. 

30 joueurs, 32 si nous comptons également les probables promotions de Raoul Bellanova et Emmanuele Torrasi : c’est trop pour un effectif qui ne peut se permettre d’avoir autant d’éléments sous contrat. Avec notamment quatre portiers, sept latéraux (bien que la situation de Strinic puisse justifier le choix de Laxalt) ou encore six centraux, cela fait beaucoup de monde pour peu de places et il serait opportun de continuer le ménage entrepris par un Leonardo dépassé par tant de contrats à dispositions, même s’il a tout de même réussi à se défaire de Bacca, Gomez, Silva, Kalinic, Gabriel, Vergara et Antonelli en peu de temps.  

Difficile ici d’incriminer la direction, tant cette situation résulte avant tout des erreurs passées. Néanmoins, nous ne pouvons qu’espérer que cette situation se régule prochainement, avec notamment les départs d’un gardien, de Stefan Simic ou bien encore de José Mauri, éternel lofteur au sein du club.

Quid du top 4 ?

L’objectif du club est tout aussi clair qu’il est difficile. Le Milan souhaite ardemment retrouver la plus grande des compétitions européennes, une compétition à laquelle il n’a plus participé depuis Février 2014 au soir d’une élimination madrilène face à l’Atlético. Cela fera donc cinq saisons que la coupe aux grandes oreilles n’offre pas de billet d’entrée au club aux sept victoires, une éternité pour le Milan.

Toutefois, passé ce sentiment de nostalgie, la question est de savoir si ce Milan est en capacité d’accrocher le top 4 et ainsi faire son retour pour la saison 2019-2020. Rien n’est moins sûr.

La Juve paraît hors d’atteinte avec son recrutement XXL, les rivaux interisti montrent certes depuis des années une certaine irrégularité mais ont eu un mercato de très grande qualité pour leur permettre d’accrocher la Champions League chaque année. Quant aux dernières places, il faudra donc au Milan de passer devant deux équipes parmi la Lazio, la Roma et le Napoli.

Mission difficile, très difficile. La Roma a eu un mercato assez agité, avec quelques jeunes promesses mais aussi des départs inquiétants, tandis que le Napoli a misé sur la stabilité mais ne s’est guère renforcé (perdant même son talentueux regista Jorginho, embarqué pour Londres par Sarri). Toutefois, outre la qualité de ces effectifs, sans doute supérieurs sur cette fameuse donnée qui est « sur le papier », il faudra devancer des clubs qui, depuis la chute des deux clubs milanais, enchaînent les podiums à la pelle (cinq sur les six dernières éditions pour les deux équipes !) et ont l’habitude de parvenir à cet objectif. Les plus optimistes y croiront, de notre coté nous vous avouons nos craintes quant à l’idée de doubler au moins un de ces deux concurrents qui présentent des qualités supérieures aux nôtres et qui profitent en plus de cela d’une culture du résultat qui échappe au Milan depuis tant d’années.

En outre, nous n’oublions pas le fait de devoir maintenir au minimum le niveau de la saison précédente, mais également de doubler la Lazio, équipe trop souvent sous-estimée par les différents médias alors qu’elle vient de terminer une deuxième saison consécutive à la cinquième place et n’a quasiment pas perdu de joueurs au cours du mercato estival. Si l’effectif laziale présente moins de certitudes et de qualités, il ne faudrait pas sous estimer une équipe parfaitement organisée par Simone Inzaghi et qui restera un adversaire redoutable.

Messieurs les joueurs, à vous de nous faire mentir ! 

  • Ross o’nero

    Très bon bilan, je partage votre opinion, mes questions sur le potentiel de cette équipe sont les mêmes.
    Maintenant on verra tout ça à partir de ce weekend déjà et on aura nos vraies réponses plus tard. Une première a la mi-saison et une définitive au mois de mai prochain.

    Par contre vous avez parlé des arrivées, des départs, des joueurs qui sont restés, des nouveaux dirigeants et j’aimerais bien avoir votre avis (dans un article ou par un commentaire) sur Gattuso ça serait cool.
    Car cette saison notre bon vieux Rino n’arrive plus en sauveur mais bel et bien en coach  »aguerri » qui a fait sa préparation et de ce fait qui a les clés de son équipe dès la pré-saison. Croyez vous en lui ou pas ?

    FORZA MILAN !!!

    • Dannys

      Selon les infos qui circulent, le mister a été retenu à cause de notre 2ème partie saison qui été de bonne augure, car on a fini 3ème de la seconde phase , aussi on est allé en final de coppa.

  • Juno Milano

    Un très beau article. Le Milan n’a jamais pensé à trouver un vrai dépositaire du jeu au milieu de terrain et un bon ailier gauche genre Bernard.

  • Ronald Ortilus (J-Ron Waddup #

    Très bon article, merci aux rédacteurs

    #ForzaMilan

  • Romagnoli1899

    On peut toujours faire mieux mais l equipe est quand même plus complète. C’est au milieu de terrain que ca va se jouer, si Kessie biglia Bonaventura et bakayoko evoluent à leur meilleur niveau, alors la 4 eme place peut être atteinte

  • Antoine1899

    Très bon article GG aux rédacteurs. Sinon sur ce mercato sauf si les joueurs démontrent le contraire, c’est le manue d’un milieu devant la dêfense et/ou un milieu technique. Le poste d’ailier gauche peut etre occupé par Hakan, Bona, Laxalt et Castillejo il me semble du coup la venue d’un ailier droit n’était pas nécessaire si l’un des 3 derniers rend de bonnes prestations sachant que Hakan sera repositionné au milieu en tant que milieu « créateur » vu que Bakayoko, Kessie, Biglia et Bona n’assurent pas cette fonction. Autant repositionner Bona sur l’aile gauche vu qu’il l’a déjà été. Là j’espère voir partir Mauri, Plizarri en prêt sauf si ce n’est pas lui le 4e gardien, Bertolacci. Entre garder Berto ou Monto j’préfèrerais Monto. Après si les 2 partent tant mieux l’effectif peut s’alléger. En ce qui concernes les latéraux j’pense qu’on pourrait prêter Bellanova à l’étranger ou bien attendre encore un an pour le promouvoir

  • Henkka0Bass

    énorme article très complet merci aux rédacteurs, FORZA MILAN

  • Alvin TAKOUO

    Moi je suis déçu de ce mercato renforcer nos points faibles était la priorité mais on recrute pour recruter je ne mets pas en cause la compétence de Leonardo il y avait Meyer qui était libre barella est la frenkie de Jong David neres pavon mais on verra pour moi on a très mal recruter

    • rmd94

      Meyer, son salaire est de 8 millions, c’est trop. Il fallait respecter le fair play financier et en ailier en recrutant Castillejo on a pu vendre Bacca. « Recrute pour recruter »: on a renforcé notre banc ,l’absence de banc a entraîné une période compliquée en fin de saison où les joueurs étaient fatigués, on a aussi eu Higuain et Caldara.

      • Alvin TAKOUO

        J’ai appris qu’il n’avait pas beaucoup d’argent pour le mercato ils ont donc fait un bon travail

    • azzizz marco

      Il fallait dire ça aux chinois et Mirabelli, avec 230ml non rien fait, je reproches rien à Léo/Maldini avec 32Ml on pu faire meilleur Mercato que leur précédent et ce malgré le faire-Play financier

      • Alvin TAKOUO

        Donc il avait 32ml ahh je ne sais pas donc ils ont fait un bon travail

    • Beoly Dolce

      J’imagine que tu aurais prit un pistolet pour mettre au tympan de Meyer pour le faire signer cher frère milanais. Frenkie De Jong, lisez les articles et tu verras combien il coûte ainsi que Barella. Que tu veux voir les meilleurs joueurs dans notre Milan est un plaisir. Forza Milan

      • Alvin TAKOUO

        Oui mais on peut toujours vendre les bonaventura borini késsié… Pour les avoir il faut toujours essayer on peut

        • Beoly Dolce

          Aucun problème, mais sache que mon frère il y a un rapport d’offres et de demandes. Qui a vraiment manifesté de l’intérêt pour ces deux là. Pour Bona, un temps Juve, Dortmund et qui d’autres. Il n’y avait pas d’offre concret. Bona n’est pas meilleur mais pas nul. On peut toujours le garder s’ il n’y a pas d’offre intéressant. Borini, je vous assure que si les dirigeants avaient reçu une offre pour lui. A nos jours, on entendrait parler de lui que dans la presse, pas chez nous, idem pour Bona

          • Alvin TAKOUO

            Moi tout ce que je veux voir des joueurs comme neres au milan

          • Alvin TAKOUO

            Moi je préfère un joueur comme ça à suso

          • Beoly Dolce

            Moi aussi frère, j’aimerais voir les meilleurs joueurs dans notre Milan. Va voir, combien que nous avons dépensé pour avoir ce que nous avons ici. Majorité pour ne pas dire tous sont des prêts. Nous n’avons pas assez d’argent. On essaie de bricolé parce que nous sommes dans l’oeil du cyclone. Dépendant de notre résultats, je pense que le mercato hivernal sera pour compenser les faiblesses, il sera mieux.

          • Kiichi Miyazawa le Retour

            il son argent mai il peut pas rapport au flair play financier

          • Kiichi Miyazawa le Retour
          • Kiichi Miyazawa le Retour
    • Alvin TAKOUO

      Ah je viens d’apprendre qu’on avait seulement 32 millions donc pour ce prix là c’est bon

      • Antoine1899

        Ouais environ 32M pck ils devaient rester dans les clous du fair play dc n’ont pas utilisé trop d’argent

  • Dannys

    C’est un très bel article et riche qui fait la rétrospective de nôtre mercato. Ce mercato a été excellent comme le dit l’article, mais on s’attendait à la venue d’un top milieu relayeur très technique et à l’aise balle au pied et un ailier de grande envergure mais cela ne s’est pas fait. On attend le premier match pour voir le jeu qui sera proposé et les différents schémas mis en place pour avoir une idée nette de notre équipe.

  • nostic64

    André silva il est prété avec obligation d’achat ?, option d’achat ?, ou un simple prêt je sens qu’on va se prendre une énorme douille sur ce joueur.
    En ce qui concerne la saison à venir je vois pas comment on pourrait viser plus haut que la 5ème place

    • rmd94

      5 millions prêt payant avec option d’achat à 30 millions

    • Nesta38

      J’avoue..

error: