Pas de Coppa Italia pour la Primavera

milan-torino-primavera

La remontée n’aura pas eu lieu ! Après s’être inclinés 2-0 sur le terrain du Torino vendredi dernier, les primaverini du Milan n’ont pas su inverser la tendance puisqu’ils ont perdu sur le plus petit des scores la demi-finale retour de Coppa Italia, qui se jouait hier soir dans la capitale lombarde.

Pour cette rencontre décisive, les jeunes milanais bénéficiaient de la pelouse de San Siro, le jardin habituel de l’équipe première. Le Mister Alessandro Lupi procédait à plusieurs changements dans l’équipe qui s’était piteusement inclinée dans le Piémont une semaine plus tôt : Soncin, Brescianini, Forte et Capanni prenaient les places de Guarnone, Campeol, Pobega et Mastour (ce dernier n’étant même pas dans le groupe).

Ce sang neuf ne changeait guère la donne : à l’instar du match aller, le Milan semblait bien peu inspiré face à un Torino qui cherchait essentiellement à gérer son avance. Malgré l’activité de Tsadjout à la pointe de l’attaque rossonera, la première action dangereuse n’intervenait qu’à la 22′, où le numéro 9 tentait un centre désespéré en étant au sol que Coppola, le gardien granata, n’avait pas vu venir. Quelques minutes après, Capanni – un des rares éléments satisfaisants du match aller où il était rentré pour les 20 dernières minutes – prenait sa chance avec son pied droit, mais son tir fuyait le cadre.

Le dernier quart d’heure de la première mi-temps était pour le Milan. Les offensives se multipliaient mais, malheureusement, l’imprécision et le manque d’inspiration du match aller n’avaient pas disparu, à l’instar d’une tête de Tsadjout qui n’inquiétait que de manière lointaine la cage adverse (32′). Sur ces entrefaites, l’arbitre de la rencontre sifflait la pause dans un San Siro qui semblait déjà résigné.

Le début de la seconde période était marqué par la sortie précoce du capitaine El Hilali, victime d’un problème musculaire, au bénéfice du Polonais Bargiel (49′). Cette sortie semblant ralentir encore un peu plus le jeu de ses protégés, le Mister tentait un coup en faisant sortir Capanni, actif mais inefficace, pour Soares, jeune brésilien tout juste arrivé libre au club après un imbroglio entre l’agent du joueur et le Milan (56′). A l’heure de jeu, le contre-coup semblait évident : sans doute désabusé par le fait de ne pas avoir concrétisé leurs actions de la première période, les rossoneri levaient le pied et se mettaient encore plus en difficulté face à un Torino solide.

A dix minutes de la fin du match, l’ailier granata Borello était trouvé dans le couloir droit. Rentrant dans la surface sur son pied gauche, l’Italien éliminait trois rossoneri avant de décrocher une puissante frappe légèrement déviée par Gabbia qui trompait Soncin (81′) : avec cette réalisation, le Torino posait définitivement les mains sur le trophée, au grand dam des nombreux tifosi présents.

Après trois minutes de temps additionnel, la fin de la rencontre était sifflée. Le Milan s’inclinait donc une nouvelle fois face à un adversaire nettement supérieur et présent physiquement. Les jeunes granata pouvaient profiter de l’instant pour célébrer leur titre sur la pelouse de San Siro, avec leurs tifosi qui avaient fait le déplacement. Un vrai coup dur pour la Primavera, dont la gestion par Lupi et la stratégie de recrutement de l’été dernier commencent à être remises en cause… En espérant que l’équipe professionnelle ne connaîtra pas le même destin lors de sa finale de Coppa Italia !

Les formations :

Milan (4-3-3) : Soncin ; Bellanova, Bellodi, Gabbia, Brescianini (Larsen, 79′) ; El Hilali (Bargiel, 49′), Torrasi, Capanni (Soares, 56′) ; T.Dias, Tsadjout, Forte

Torino (4-3-3) : Coppola ; Gilli, Ferigra, Capone, Fiordilaso ; Adopo, D’Alena, Koné (De Angelis, 73′) ; Borello (Bianchi, 87′), Butic (Oukhadda, 58′), Rauti

error: