Nouvelle mise au point de Marco Fassone

fassone-derby

Depuis quelques temps, le premier Milan de l’ère Rossoneri Sport Investment fait l’objet de critiques récurrentes. Il y a plusieurs semaines, le président de la Roma James Pallota s’était distingué en ce sens. Ces derniers jours, la présentatrice de SkySport Ilaria D’Amico – accessoirement compagne de Gianluigi Buffon – puis le maire de Milan Giuseppe Sala se sont fendus de déclarations qui n’ont guère été appréciées par la direction rossonera.

A l’occasion d’une longue interview publiée aujourd’hui dans The Guardian et dont voici quelques extraits, Marco Fassone s’est une nouvelle fois lancé dans de conséquentes explications sur le fonctionnement et le financement du Milan.

A propos de l’emprunt réalisé auprès du fonds d’investissement Elliott :

« Nous sommes déjà en train de travailler pour le rembourser et nous le ferons assez rapidement, probablement début 2018. Le taux d’intérêt que le Milan paie sur ces 120 millions de prêt est évidemment élevé (ndlr : de l’ordre de 11%), mais pas insurmontable.

Si nous considérons les taux d’endettement que l’Inter ou la Roma ont eu avec Goldman Sachs au moment de leur financement, environ 6,5%, le nôtre est élevé mais ce n’est pas quelque chose de terrible. Pour la population chinoise, voir des taux d’intérêt à deux chiffres est complètement normal.

Dans le pire des cas, et beaucoup de tifosi me l’ont demandé, le propriétaire du Milan en octobre 2018 sera le fonds Elliott. C’est vraiment le plus mauvais des scenarii mais pour être clair, l’avenir du club n’est pas sombre. Il y a 99% de chances que nous allions de l’avant avec Monsieur Li et nous espérons que notre projet sera couronné de succès.

Il faut rester tranquille, y compris dans le pire des cas, car le fonds Elliott n’est pas sans ressource. C’est un des plus grands fonds d’investissement du monde : il pourrait garder le club ou le revendre. Ils ne payeraient que 300 millions d’euros, un prix très bas, et ils pourraient développer le business, ce qui est leur travail. »

Sur le voluntary agreement bientôt présenté à l’UEFA :

« Comme vous pouvez l’imaginer, j’ai un plan A et un plan B. J’ai présenté à l’UEFA un plan plus classique qui montre une progression du club même s’il n’atteignait pas la Champions League dès cette saison.

Dans ce cas, les investissements sur le mercato ne seraient pas élevés et nous devrions penser à vendre certains de nos meilleurs joueurs. […] Les investisseurs et moi voulons atteindre cet objectif mais nous sommes préparés au cas où ce ne serait pas le cas : nous assurerions la protection et la sûreté du club. »

Au sujet du président Yonghong Li et de son bras droit Han Li :

« Avant qu’un nouveau business se lance, il faut quelques années pour limiter les pertes : pour cette année et la suivante, nous prévoyons plus de pertes et Monsieur Li s’en occupe. Il a augmenté le capital du club et il investit de l’argent. […] N’oubliez pas qu’il s’agit du plus grand investissement de l’histoire du football européen après le changement de propriétaires de Manchester United.

Ils espèrent faire que le club vaille le double du prix auquel il a été acheté en deux-trois ans maximum. Pour que cela arrive, nous devons bien faire sur le terrain et en dehors. Han Li veut connaître tous les détails du club et de nos stratégies.

Avoir un président qui ne soit pas aussi présent, qui ne donne pas d’interview et qui a un profil inconnu de tous pouvait être un obstacle pour les tifosi, au début. Dorénavant, je vois que la situation a changé, les tifosi supportent le club et la nouvelle direction dans le monde entier. […] Ce n’est pas un propriétaire qui est arrivé au club seulement pour spéculer, comme c’est arrivé dans d’autres clubs en Italie. Il veut faire redevenir grand ce club et il est en train d’investir avec son argent. »

A propos de l’objectif de la saison :

« Nous sommes sans aucun doute le club plus ‘international’ d’Italie. La Juve a plus de titres nationaux mais le football européen est l’ADN du Milan. Nous sommes heureux de la qualification en Europa League car c’est un pas important . Retrouver la scène internationale est une priorité, l’habitat naturel du Milan est la Champions League.

C’est l’objectif que nos propriétaires nous ont fixés : ils voudraient voir le Milan en Champions League tous les ans. […] Nous sommes chanceux puisque c’est la première saison où l’Italie aura quatre clubs qui pourront se qualifier pour cette compétition. L’objectif est difficile mais pas impossible. C’est le minimum.

Notre club est un géant qui a dormi pendant deux-trois ans. Il est comme une Ferrari qui est restée au garage et tu dois la remettre en piste pour qu’elle se sente libre. »

Sur le mercato rondement mené :

« C’était notre décision. Nous aurions pu décider d’acheter trois ou quatre joueurs cette année avant de faire pareil l’année prochaine. Cela aurait peut-être rendu plus facile leur intégration dans l’équipe mais avec le directeur sportif Mirabelli, nous avons décider de faire une grande révolution dès cette année.

Nous savons que l’intégration des nouveaux pourrait prendre un an mais de cette façon, l’été prochain, nous serons en mesure de changer deux ou trois joueurs qui n’auront pas eu le rendement attendu. C’est un risque calculé, selon nous. »

  • excellence chevalier

    Nous sommes confiants pour l’objectif car nous avons le championnat et la league Europa.
    Deux compétions qui permettent la qualification en Champions.
    Forza Milan

  • Ross o’nero

    Sans vouloir faire de mauvais jeu de mot. Toutes ces histoires d argent sont du chinois pour moi.
    Blague à part j espère qu il y aura pas d entourloupe on a déjà assez souffert.
    Je fais confiance aux dirigeants malgré tout les autres sont des jaloux. D ailleurs je savais pas que le maire de Milan était interiste.
    Forza milan

  • Bacca70

    J’aime sa façon de parler. Quel homme !

  • O’Track

    Fassone mènera le club vers les sommets

error: