Montella : « Je tiens beaucoup à l’Europa League »

montella-icc2017

A l’occasion des matches de l’International Champions Cup 2017, qui a vu le Milan être dominé par le Borussia Dortmund puis vainqueur face au Bayern Munich, Vincenzo Montella a pu procéder à une large revue d’effectif, notamment en intégrant les très nombreuses recrues. Dès jeudi, les rossoneri vont retrouver le parfum de la compétition avec le match aller du troisième tour préliminaire d’Europe League face à l’équipe roumaine de Craiova. Cette échéance approchant, le Mister a fixé les objectifs de la saison dans une interview accordée à La Gazzetta dello Sport.

Marco Fassone a déclaré que cet été était le plus plaisant et stimulant de sa vie. Vous, quel adjectif utiliseriez-vous ?

« Mon été a été et est toujours un été de rêveur. Mais le plus beau est que tous mes rêves ont été réalisés, et ce n’est pas encore fini. Le nombre de joueurs achetés et l’importance des dépenses peuvent faire sensation mais le fait est que le club est en train de faire quelque chose d’extraordinaire. »

A quoi tout ceci peut-il amener ?

« C’est une équipe qui restera dans le temps, qui ne se dévaluera pas dans le temps, même si le Mister est un incapable… »

Ce n’est pas le premier mot qui viendrait pour parler de votre travail. Y a-t-il eu un moment où vous n’étiez pas sûr de rester ?

« Je n’ai jamais eu de doutes, je n’ai jamais rien eu d’autre en tête que le Milan, notamment parce que je sentais quotidiennement de la part du club une estime sincère. »

Fassone a aussi dit que dans le projet sur cinq ans, le Milan de 2022 devra être dans le top 5 mondial : cela se fera-t-il avec Montella ?

« Tant qu’un point de vue affectif que professionnel, j’aimerais beaucoup être celui qui mènera ce projet à bon port. Cela voudrait dire que j’aurais grandi professionnellement, ce serait summum. »

En attendant, vous avez gagné de 4 buts contre le Bayern : n’est-ce pas trop d’euphorie avant le tour préliminaire d’Europa League ?

« Non. De ce point de vue, la gestion sera facile car j’ai un groupe intelligent et une direction réaliste. Et puis, c’est seulement du football estival. Simplement, comme j’ai été déçu par la défaite contre le Borussia, ce succès me fait plaisir car j’ai vu des améliorations dans l’attitude, la mentalité, la tactique, tout cela en une seule fois. J’ai aimé la couverture des espaces et l’agressivité dès le début du match. Il faut tout de même souligner que le Bayern avait des difficultés évidentes. »

Vous avez un effectif avec des éléments très intéressants.

« La qualité a beaucoup augmenté. Prenez Niang, par exemple. Il a fait un très bon match. Il a un profil très important, il peut devenir un joueur de très haut niveau mais il doit s’améliorer dans la gestion de soi-même quand les choses se passent bien. »

Etes-vous en train de dire que son départ n’est pas certain ?

« Il n’y a pas de raison pour ne pas croire en lui. Tout dépend de M’Baye lui-même. »

Qu’avez-vous retenu le plus du match de l’autre jour ?

« L’état d’esprit. L’équipe n’a pas été passive et tous les nouveaux ont eu un bon impact, Biglia par exemple. André Silva a un potentiel infini, il peut devenir un joueur d’envergure internationale, c’est seulement une question de temps. C’était beau de voir que les nouveaux se trouvaient comme un poisson dans l’eau. »

Maintenant, êtes-vous plus tranquille en vue de la Coupe ?

« En effet. Avant ce match, j’étais un peu soucieux, ou plutôt réaliste. J’ai été réconforté par le match. »

Qu’entendez-vous par réaliste ?

« En vue de ce match, à l’heure actuelle, j’ai du mal à trouver huit joueurs qui peuvent me garantir 90 minutes. Je serais déjà content d’en avoir huit qui auraient 70% de rendement mais je ne suis pas sûr… »

Quelle est votre approche de l’Europa League ?

« J’y tiens beaucoup et je dois dire que je crains plus les premiers matches que la phase de poule. Nous honorerons cette coupe jusqu’au bout. A partir des quarts de finale, la Champions League se rapproche beaucoup… »

Ancelotti a dit que ce Milan peut jouer le scudetto.

« Je le remercie, mais pas dans l’immédiat. Actuellement, c’est un mirage, même s’il ne faut pas mettre des limites aux ambitions. »

Qu’avez-vous pensé lorsque vous avez découvert le budget à disposition pour le mercato ?

« J’ai commencé à rêver et au fil des semaines, je ne comprenais pas comment les recrues et l’argent pouvaient se multiplier ainsi. C’était plus que ce que j’avais imaginé. »

Donc Monsieur Li, c’est peu de mots et beaucoup de faits.

« Le propriétaire chinois est très respectueux des rôles, ce qui est inhabituel dans le football. Notre devoir est d’être très compétitifs. L’approche du président est très bonne, il est toujours là à nous remercier. L’autre soir, il m’a demandé de mettre en avant l’esprit Milan. L’équipe aussi perçoit ce genre de chose. »

Vous avez dit que le mercato n’était pas fini : où y aurait-il encore besoin de renfort ?

« L’attention principale est tournée vers l’attaquant de pointe, puis peut-être un ailier et un milieu. Mais il n’y a plus la précipitation des débuts. »

Quel est votre attaquant de pointe idéal ?

« Il doit cumuler plusieurs choses : le sens du but et savoir jouer pour l’équipe. »

Ce mercato agressif vous plaît-il ?

« Il a été élaboré avec le club, avec lequel j’ai partagé le projet d’un mélange de jeunes de talent et de joueurs d’expérience. Si tu veux te rapprocher du Napoli, qui joue le meilleur football d’Europe, tu dois faire un mercato agressif, tu n’as pas le choix. Il est tôt pour dire si l’écart avec la Roma et le Napoli a été comblé mais nous ne devons pas nous cacher. L’enthousiasme doit être nourri et maintenu. »

Avec des recrues comme Bonucci, c’est facile. Fassone dit qu’il est arrivé grâce à vous : confirmez-vous ?

« Avec le club, nous partageons tous les choix. Evidemment, c’est 51% pour eux et 49% pour moi. Avec Bonucci, c’est la seule fois où cela a été le contraire. J’étais convaincu qu’il était atteignable, je me fiais à ceux qui me le disaient alors que mes dirigeants avaient une autre vision des choses. »

Et donc, qu’avez-vous fait ?

« C’est très simple. J’envoyais à Mirabelli au moins dix messages par jour avec trois mots seulement : ‘bonjour/bonsoir Directeur : Bonucci’. Avec le Directeur, nous avons un rapport franc et continu, nous partageons aussi les mêmes vices. »

Avec Bonucci, qu’est-ce que le Milan acquiert au-delà du joueur ?

« C’est un professionnel très compétitif. Avec sa mentalité et sa façon de penser, il a réussi à optimiser au maximum son moteur. Il sera un exemple pour les jeunes. Je ne sais pas si la Juve s’est affaiblie sans lui mais nous, nous nous sommes certainement renforcés. Je ne pense pas qu’il puisse être encombrant pour le vestiaire : seulement celui qui le voit comme un problème a priori peut le percevoir comme une menace. »

Et avec Leo, c’est une défense à trois…

« Cette idée me plaît mais je dois dire qu’avec ces joueurs, nous pouvons vraiment utiliser plusieurs systèmes. J’ai l’embarras du choix. »

Il se dit que vous avez aussi eu un rôle pour le cas Donnarumma.

« Non, je n’ai rien à voir. C’est Mirabelli qui a trouvé les arguments justes. Moi, j’ai parlé avec la famille parce qu’ils avaient besoin de me parler. Je ne leur ai pas parlé en tant qu’entraîneur, j’ai seulement parlé de mon expérience. »

C’est facile de dire que Gigio a fait le bon choix, non ?

« Plus que pour le projet, il l’a fait pour lui-même. Il est incroyable car il est capable de réunir toutes les classes d’âge. Quand il a prolongé, ma nièce Martina, qui a 7 ans, s’est mise à pleurer et je suis certain que des grands-mères de 70 ans l’ont fait aussi. Il est entré dans le cœur de tout le monde, même des non milanisti, et je suis certain qu’il continuera à être aimé des tifosi. »

Au cours des derniers mois, vous vous êtes un peu embrouillé avec Raiola.

« Je n’ai pas de problème avec lui et je ne crois pas qu’il en a avec moi. »

En parlant de problème : après ce mercato, êtes-vous prêts à être massacrés à la première défaite ?

« Nous devons être préparés à ce genre de chose. Il y aura des sautes d’humeur dans les jugements et nous ne devrons pas être influencé par ça. Peut-être que nous subirons des critiques exagérées mais cela fait partie du jeu. »

Qu’attendez-vous des cent et mille prochains jours ?

« Dans cent jours, je m’attends à ce que le Milan soit une équipe et que mon travail se voie. D’ici mille jours, j’espère que le scudetto ne sera plus un mirage mais un objectif concret. »

  • paul roberto

    Il est en stand by Kalinic
    Mirabelli et Fassone ont été à Londres hier soir en format éclair, on parle de Diego Costa…
    Et Fenerbache aurait refusé 8 millions de Milan pour Kjaer

  • Karnal Nab

    Pure sa a l air d etre kalinic l attaquant pfff

  • Gigi Facchetti

    Un attaquant de pointe, et pourquoi pas un milieu et un ailier. Intéressant.
    Montella est parfait dans sa communication, il ne met pas la pression sur son équipe et ses jeunes recrues. Au fond de lui il doit quand même être très ambitieux.

  • Seedorf

    Les 3 joueurs que veut montella seront très important ds la rotation de leffectif et il faudra qu’il y ai de la concurrence saine entre le banc et les titulaires.
    Suso devra refaire ses preuves car le système où il a brillé ne sera pas forcément le choix de montella.

  • Claude Ndouop

    Je pense que le mister est un très bon communicateur. Il ‘na rien dit de concret. Il cache son jeu comme à chaque fois. Il met la pression sur les autres,ne dévoile pas ses plans,met ses joueurs en confiance. Mais je suis sur qu’au fond de lui,il veut frapper un grand coup. Moi perso, je crois en lui.

  • O’Track

    Montella semble toujours avoir la tête sur les épaules, il est l’homme qui peut conduire lequipe vers les sommets

  • Romagnoli1899

    Je pense que le fait que le président soit peu impliqué va enlever une certaine pression sur ce groupe. Cela peut être bénéfique au début quand les automatismes doivent encore se trouver

  • Marco

    On sait tous que Montella est romain … Mais il dégage une sincérité rare et souhaite la reussite de Milan.
    Je crois en cette nouvelle génération de technicien italien qu’il incarne en gardant les valeurs des anciens et a ces nouveaux dirigeant quoi qu’il se passe ça sera une réussite.

    Forza Milan

    Marco

    • O’Track

      Montella est Napolitain même si il a effectué une grande partie de sa brillante carrière à l’as roma

      • Cheva4ever

        Il a dit qu il etait fan du Milan dans son enfance.

error: