Le secteur jeune à la loupe

11110568_831621096945068_3645264947485817600_n

Après le groupe professionnel, c’est autour des jeunes du centre de formation rossonero de passer sous le feu des projecteurs et de mettre en avant leurs résultats obtenus durant l’année. Entre réussites, promesses, déceptions, révélations et échecs, les sentiments s’entremêlent à l’heure de faire ce bilan.

Il était donc nécessaire de détailler la saison de nos jeunes pousses, tout d’abord en évoquant la saison écoulée et celle qui arrive, puis ensuite en nommant les joueurs marquants de la saison ainsi que nos espoirs les plus talentueux.

 

I. Les résultats

 

11108402_866972590039710_4384035124935913529_n

 

Primavera : Brocchi marque l’équipe de son emprunte

 

Au début d’année, nous ne donnions pas cher de la peau de nos jeunes rossoneri. Jeunes, inexpérimentés, avec peu de joueurs cadre classe 1996 et une saison contrastée l’année précédente. Bref, tant de points qui ne jouaient pas en notre faveur. Pour autant, l’année fut fructueuse marquée, par une présence surprise en phase finale et une élimination controversée en quarts de finale aux tirs aux buts (face au futur vainqueur). Outre les résultats, c’est l’état d’esprit et la qualité du jeu proposés qui firent de cette équipe une des révélations du championnat.

Pratiquant l’un des plus beaux jeux d’Italie, ils ont également marqué l’année en finissant meilleure attaque de la saison (79 buts en 27 rencontres) qui compensait également les lacunes défensives entrevues. La marque de Brocchi ne faisait qu’apparaître (l’ex joueur rossonero effectuait sa seconde année chez les jeunes et la première en Primavera) et ce Milan cru 2014/2015 fut prometteur au regard de la facilité qu’ont eu les joueurs à se soumettre au jeu prôné par Brocchi.

Outre le championnat Primavera, cette équipe a eu des fortunes diverses lors des tournois auxquels elle aura participé. Défait rapidement lors du prestigieux tournoi du Viarreggio, ils se sont admirablement rattrapés lors d’un tournoi à Dubai où ils seront venus à bout entre autre des U19 de Valence et du Real Madrid.

Un petit mot également pour la réserve de la Primavera qui aura conclu sa saison par une belle troisième place, a quelques points du leader !

 

Allievi Nazionali : une génération dorée non récompensée

 

Sentiment différent du coté de la génération 1998. Première génération ayant bénéficié du fameux « projet jeunes », elle est également l’une des plus talentueuses et regorge de talents dont on parle beaucoup à Milan. Auteur d’une phase régulière excellente, malgré l’absence des meilleurs joueurs de l’équipe (sélectionnés à l’échelon supérieur), le Milan avait terminé en tête de sa poule et faisait figure de co-favori avec l’AS Roma pour le titre finale.

Après une première entame moyenne, marquée toutefois par un retour ahurissant (de 0-3 à 3-3), les U17 Rossoneri se sont aisément qualifiés en demi-finale en dominant son groupe avec une victoire facile face au Chievo Verone (4-1, triplé de Cutrone) et en assurant le nul 0-0 contre Empoli.

Malheureusement, en demi-finale eut lieu le choc tant attendu entre les deux meilleurs générations du pays, deux équipes en forme et deux équipes qui savaient qu’en éliminant l’autre, elle ferait un grand pas vers le titre. Ce fut, au terme d’un match âpre et très disputé, finalement la Roma qui sortira vainqueur 3-2 de ce duel dans un match ou les deux équipes ont eu l’occasion de remporter la rencontre.

Déception donc, tant cette génération domine quasiment toute l’Italie mais comme il y a deux ans (pour les Giovanissimi Nazionali) elle échoue dans un rôle de favori en demi finale. Toutefois, la saison reste très positive quand on sait que cette équipe a subi de nombreuses modifications au cours de cette année, jonglant entre blessures, promotions et suspensions toute la saison.

A l’inverse, un bref mot concernant leurs successeurs, les 99′, qui auront totalement raté leur saison et ne présentent à l’inverse pas de grandes certitudes quand a leur capacité a briller l’an prochain. 

 

 

Giovanissimi Nazionali : une demi finale surprise

 

Au vue de leur saison régulière, marquée par un fort potentiel mais une forte irrégularité, on ne donnait pas cher de la peau de cette équipe et on se demandait comment elle pourrait lutter parmi les meilleures équipes du pays.

A la surprise générale, après avoir terminé seulement troisième de sa poule, elle se qualifia brillamment pour le final 8 en éliminant Latina et surtout la Fiorentina, une des grosses équipes de la génération, avec notamment un cinglant 3-0 sur le match aller.

En phase de poule (dans un système identique de deux poules de quatre équipes, comme les Allievi Nazionali), tout commença pour le mieux avec un 4-1 puis un 3-0 infligés respectivement au Chievo Verone puis à Novara. Malheureusement, les vieux démons ne sont jamais loin et cette équipe n’a pas réussi a concrétiser sa première place en perdant 2-0 contre l’Inter (premier à la différence de but particulière). 

En demi-finale, malgré un match de bonne facture, l’équipe s’incline contre plus forte (défaite 2-1 contre Parme) qu’elle et termine tout de même parmi les quatre meilleures équipes de cette génération. Une belle récompense pour un groupe qui a un potentiel exceptionnel mais qui n’arrive pour le moment pas a l’exploiter avec régularité.

 

 

Les plus jeunes : une pluie de trophée et certaines générations prometteuses

 

Concernant les plus jeunes, le constat est variable en fonction des générations. Néanmoins, quelle que soit l’équipe, elle n’aura jamais fini au-delà de la troisième place de sa poule au cours de la saison régulière.

Certaines équipes ont montré quelques limites, notamment les 2001, qui semblent pour le moment en retard sur le plan national et qui est la seule catégorie à n’avoir remporté aucun tournoi et/ou le championnat. Délicat quand on sait qu’ils seront les prochains a défendre les couleurs Giovanissimi Nazionali sur la saison 2015/2016

A l’inverse, les générations 2002, 2003 et 2004 ont toutes réussi leur année, terminant second ou premier de leur poule et en remportant au minimum un tournoi au cours de l’année. Plus talentueux, plus prometteurs avec une philosophie de jeu mieux assimilée par ces jeunes, ils ont su confirmer sur les terrains les espoirs placés en eux. Parmi ces minots, les plus prometteurs sont sans conteste la génération 2004 qui n’a pas perdu une seule rencontre au cours de l’année et aura remporté tout les tournois auxquels elle a participé. Impressionnant.

 

 

II. Les joueurs marquants de la saison

 

CJL1HnrVAAAA7MN

 

 

Revue d’effectif poste par poste et génération par génération. Points positifs, révélations, déceptions ou confirmations. Tout les joueurs auront marqué a leur manière l’exercice 2014/2015.

 

Gardien de but

Difficile d’occulter la hype qui se crée au sujet de notre prodige Gianluigi Donnarumma (1999). Moins médiatisé qu’un Mastour, le jeune gardien a finit de brûler les étapes cette année en finissant troisième gardien de l’équipe première (en étant donc triplement surclassé !) et était le gardien de la Primavera lors des matchs importants. Impressionnant de réflexe malgré sa grande taille, il a continué a gagner en sérénité et progresse a une vitesse impressionnante. Promu troisième gardien officiel de l’équipe première (en atteste la photo ci-dessous, deuxième gardien de la gauche vers la droite), nous n’avons sans doute pas fini d’entendre parler de lui.

La progression de « Gigio » a forcément eu des conséquences et la première victime fut l’ex gardien titulaire de la Primavera, Stefano Gori. Recruté lors de l’hiver 2014, il n’a simplement pas réussit à distancer son cadet et ce malgré un niveau jeu plus que convenable et une présence a la reprise des joueurs professionnels (ci-dessous, troisième de la gauche vers la droite).

Enfin, si les gardiens classe 98 (Crosta & Cancelli) ont eu quelques difficultés cette saison, le jeune Plizzarri (classe 2000) a lui été l’une des satisfactions à ce poste et a été déterminant pour les Giovanissimi Nazionali.

 

11692730_10152910036211937_3988570037228925014_n

 

Latéraux

Comme de coutume depuis tant d’années, le Milan semble avoir une certaine aisance pour former des latéraux performants. Après Luca Antonelli, Matteo Darmian, Ignazio Abate ou plus récemment Mattia De Sciglio, c’est un nouveau latéral qui sort du centre de formation et qui semble promis à un avenir en rouge et noir.

En effet, d’après les propos du président lui-même lors de la « rentrée des classes », le latéral droit Davide Calabria (classe 96) aura clairement un rôle à jouer et fera figure de doublure au capitaine de substitution la saison passée, Abate. Sans doute l’élément le plus prometteur de cette génération, brillant par un jeu complet (défensivement solide, offensivement très présent), il apparaît même comme bien plus prometteur que De Sciglio au même âge.

D’un an son cadet, Gian Filippo Felicioli semble suivre la même trajectoire, sur le coté gauche de la défense le concernant. Repositionné à ce poste par le coach de la Primavera, Felicioli a mis quelques mois à s’y faire mais a littéralement explosé durant la seconde partie de la saison. Auteur d’une première remarquée avec les professionnels (lors d’un match amical), il a enchaîné les grosses prestations pour devenir quasi indiscutable. S’il doit encore parfaire l’aspect défensif du poste, nul doute qu’il pourrait lui aussi intégrer le groupe professionnel dans les mois à venir.

Dans les catégories plus jeunes, on retrouve là encore des joueurs phare du secteur jeunes. Parmi eux, le latéral gauche Andres Llamas (classe 98), capitaine des U17 Italiens, est lui aussi un des joueurs au sujet desquels l’espoir est de rigueur. Auteur d’une saison excellente, il aura toutefois faibli en fin de saison (pas aidé par l’Euro U17 qui l’a sans doute fatigué) avec des prestations plus ternes. A noter que sur cette même classe d’âge, Raul Zucchetti a été l’auteur d’une belle saison également.

Néanmoins, le joueur le plus prometteur a ce poste est peut être encore plus jeune. En effet, chez les 2000′, Raul Bellanova est en train de prendre une nouvelle dimension. Titulaire sur son coté droit avec le Milan comme avec l’Italie, il en est également le meilleur joueur. Sans doute promu et surclassé avec les 99′ l’an prochain, son potentiel est impressionnant. A confirmer avec des adversaires plus âgés.

 

 Centraux

A l’inverse, il est plus difficile de citer des jeunes talents sur ce secteur. Le football moderne jouant davantage sur l’attaque, il est devenu presque « has been » de former des joueurs à vocation uniquement défensive, et le Milan ne fait malheureusement pas exception.

Les rares talents confirmés sortent tout deux d’une saison compliquée. Le premier, Ivan De Santis (1997), s’est montré hésitant et trop irrégulier, en témoigne sa prestation décevante lors du quart de finale de la Primavera. Le second, peut être le plus prometteur des deux, Marco Iudica (1998) a malheureusement passé toute la phase retour à l’infirmerie, du fait d’une vilaine blessure qui l’a empêchée de participer activement au final 8 des Allievi Nazionali, équipe dont il est le capitaine. A l’inverse, les ex prometteurs Andrea Malberti et Michele Spinelli ont tous régressé et n’ont apporté aucune sérénité a l’équipe. 

En définitif, les rares défenseurs centraux ayant réalisé une belle saison se trouvent chez les Giovanissimi Nazionali où Cornaggia (classe 2000′) nous a livré une très belle copie au cours de cet exercice. Profitant d’une grande taille pour son âge, il est également agile et précis dans ses interventions, en atteste notamment un retour monumental lors d’un match du final 8 où il aura taclé parfaitement un joueur lancé en pleine vitesse, et ce sans même toucher le joueur.

 

Milieux

11401507_831622283611616_3435826481609989662_n

 

Ils sont nombreux à avoir été remarquables sur la saison 2014/2015. En premier lieu, le capitaine Alessandro Mastalli (ci-dessus lors de son premier match professionnel) fut le parfait leader et capitaine de la Primavera. Mettant un coeur énorme à l’ouvrage, refusant par exemple de sortir malgré une épaule luxée lors du dernier match, il est le parfait exemple du « joueur – supporter », vivant littéralement pour son club et pour ses couleurs.

A l’inverse, Andrej Modic a vécu une saison compliquée. Marchant sur l’eau en début de saison, auteur notamment d’un but de 35 mètres qui enflammera tout le club, Galliani en premier lieu, il aura malheureusement vu sa progression freinée par de multiples pépins physiques. Son dernier match fut d’ailleurs à l’image de sa saison, un début de match parfait et une baisse physique notable en fin de rencontre.

A coté des deux cadres, deux joueurs se sont ardemment disputés la troisième place de titulaire, il s’agit du Bolivien classe 97′ Sebastian Gamarra Ruiz (sélectionné cet été avec sa sélection pour la Copa America) et du jeune Manuel Locatelli (1998). Deux joueurs que l’on reverra à coup sûr en Primavera la saison prochaine et qui feront parti des futurs leaders de l’équipe.

A l’échelon inférieur aussi, les milieux ont marqué cette saison. On pense notamment aux 98 Frederico De Piano, Cristian Hadziosmanovic et surtout Niccolo Zanellato qui auront tout trois goûté a la promotion en Primavera tout en brillant dans leur catégorie d’origine.

Enfin, les jeunes Gabbia (classe 99, l’un des rares prometteurs de cette génération), Torchio ou la recrue Bianchi (2000) ont tout trois réalisé de belles prestations et devront confirmer la saison prochaine.

 

Attaquants

De belles surprises accompagnées de grosses déceptions. Si certains joueurs ont déçu cette saison, on pense notamment a Hachim Mastour (blessé une grande partie de la saison et peu décisif en Primavera), Luca Vido (lui aussi blessé le plus souvent) et Mihael Modic (saison quasi blanche pour lui malgré un net regain de forme en fin de match), d’autres en revanche ont su se mettre en avant.

En Primavera, ils sont nombreux a avoir brillé sous le commandement de Brocchi. En tête d’affiche on pense notamment au vice capitaine Davide Di Molfetta, au buteur Michael Fabbro ou la révélation classe 97 Andrea Vassallo, auteur d’une très belle première saison en primavera.

On a également pu observer la confirmation du potentiel de notre bomber Patrick Cutrone (98), auteur de plus 30 buts cette saison ! Il n’était toutefois pas seul puisque l’ailier gauche Cosimo La Ferrara, après une dernière saison délicate, a su relever la tête et conclure la saison avec une vingtaine de buts. A un degré moindre, on peut également citer Zakaria Hamadi (même génération) qui a parfaitement su suppléer la défaillance physique de Modic en s’imposant sur l’aile droite.

Enfin, si les recrues Gabriele Capanni (qui ne peut pas encore jouer chez nous) et Seid Visin (malchanceux et peu réaliste) n’ont pas encore apporté ce qu’ils pouvaient à la classe 2000′, l’attaquant Vittorio Vigolo (surclassé toute la saison et meilleur buteur de l’équipe 99′) et Alessandro Negri font partie des éléments ayant été les plus performants et réguliers au cours de cette année et qui ont contribué au bon parcours de leur génération.

 

III. Et maintenant ?

 

11698579_10152909761316937_6171653757202419507_n

 

Qui dit bilan, dit aussi projection vers la saison à venir. A l’heure où les nouveaux investisseurs ont changé radicalement la face du club et son attitude, qu’en est-il de nos jeunes, qu’attendre d’eux et du projet jeunes instauré il y a cinq ans maintenant ?

Avec une vision générale, on remarque que si le projet continue de s’activer en coulisse, il n’est plus l’étendard d’un futur Milan (et dont la devise était de « former nos top players ») qui a préféré succomber a l’attrait de l’investissement thaïlandais. Seul l’avenir nous dira si cet investisseur aura un impact positif ou négatif sur la formation de nos jeunes.

En effet, avec un investissement proche de l’illimité, le club serait tout a fait en capacité d’augmenter le budget alloué au centre de formation et ainsi distancer définitivement en terme de scooting, de formation, de talents, les autres clubs italiens. Toutefois, l’investissement thaïlandais va également nous montrer si ce fameux « projet jeunes » n’était qu’un vague écran de fumée ou bien un projet réel d’avenir.

 

Les jeunes classe 96 prennent des chemins différents

 

Quoi qu’il en soit, nous avons déjà quelques réponses pour la saison prochaine. Tout d’abord, la génération 1996 a officiellement disputé sa dernière saison avec nos U19. Dans cette génération se trouve douze éléments: Mastalli, Modic, Gori, Di Molfetta, Calabria, Fabbro, Derosa, Maldini, Lo, Rondanini, Ronchi et Piccinocchi.

Parmi ces joueurs, seuls les six premiers possèdent un contrat actuellement avec le club tandis que les six autres partent libre tenter leur chance dans un nouveau club. Ces six joueurs sous contrat ont divers options jusqu’à fin août : intégrer le groupe professionnel, être prêté et, en dernier lieu, rester en Primavera si aucune offre ne vient. A l’heure d’aujourd’hui, trois d’entre eux ont intégré la préparation estivale avec l’équipe première, Mastalli, Calabria et Gori.

Si Mastalli et Calabria auront une carte à jouer cet été, le gardien Gori risque de suivre le chemin des autres joueurs sous contrat, du fait d’un trop grand nombre de portiers, en cherchant un point de chute en prêt. Pour l’heure, seul Andrej Modic (Lugano en Suisse, ardemment demandé par un certain Zeman) est officiellement prêté.

 

La Primavera 2015/2016 candidate au titre ?

 

Malgré l’absence des anciens cadres 96′, la Primavera récupère officiellement les joueurs de la génération 98. La génération dorée, entraînée en 2013 par Brocchi, retrouve son entraîneur fétiche et se mêlera aux 97 pour former un groupe des plus compétitifs. Les voyants sont donc au vert pour une équipe qui aura pris de l’expérience suite à la dernière saison et qui aura un potentiel encore plus important.

Si le statut de favori n’est clairement pas a l’ordre du jour (pour le moment), l’objectif sera une nouvelle fois de se qualifier directement pour le final 8 et espérer par la suite faire mieux que cette année.

 

1288445_AC_Milan

 

Dans les buts, si la promotion de Gianluigi Donnarumma est avérée, le poste de gardien sera soumis a de la concurrence entre Livieri (97, remplaçant mais auteur de belles prestations lorsque Brocchi fit appel à lui cette année) et les deux joueurs de bientôt 17 ans, Crosta et Cancelli. Avantage toutefois pour le premier.

En défense, seul Ivan De Santis et Felicioli apparaissent comme des valeurs sûres et seront titulaires et cadres de cette équipe. Pour les deux autres places, la bataille sera rude avec Guido Turano, Rau Zucchetti (latéraux droits), Andres Llamas (latéral gauche) qui pourra éventuellement profiter de sa polyvalence pour s’imposer dans l’axe, ou bien le retour du capitaine des Allievi Nazionali, Marco Iudica

Au milieu, si nous pensions avoir peu de suspens à prévoir avec les 97′ Giovanni Crociata et Sebastian Gamarra qui, avec Manuel Locatelli, allaient formés le trio de base, c’était sans compter sur l’arrivée surprise du jeune talent de Monza Matteo Pessina (97′). Meneur de jeu et joueur de l’équipe première depuis déjà plus d’une saison, le club a misé sur lui et sera sans doute une pièce maîtresse de l’équipe, passant probablement devant Crociata. Derrière, il faudra également se méfier de la horde de jeunes classe 98, Hadziosmanovic, De Piano et Zanellato.

Enfin, en attaque, si Vassallo occupera sans souci une place de titulaire, il y aura deux luttes à prévoir. La première concerne le second poste de l’aile et verra « s’opposer » l’ailier gauche La Ferrara avec ses compères du coté droit Mihael Modic & Zakaria Hamadi. Enfin le poste de pointe sera a disposition de Luca Vido ou de Patrick Cutrone, dans un style très différent et qui peuvent très bien se compléter en cas de changement de module de jeu.

Il se murmure en effet que la Primavera pourrait tester le module de jeu adopté par Mihajlovic avec un meneur de jeu derrière un duo d’attaquant. Si cette option se multiplie, nous devrions davantage voir Luca Vido derrière un duo Andrea Vassallo (seconde pointe) et Patrick Cutrone (buteur).

 

Attentes diverses aux étages inférieurs

 

CI1DzY1WsAE9FCF 

Le train est sans doute passé pour les Allievi Nazionali qui ont manqué l’occasion de glaner un titre avec les 98. L’an prochain, avec leurs cadets d’une année, l’espoir n’est guère de rigueur tant cette génération déçoit depuis un an et ne paraît clairement pas au niveau des meilleures générations italiennes. Des équipes comme la Roma ou la Juventus semblent en effet bien plus armées. L’objectif sera donc d’intégrer et surclasser des éléments de la classe 2000 afin de permettre d’optimiser une génération prometteuse au détriment de celle qui déçoit.

Enfin, on assiste également à l’émergence d’une génération pas exceptionnelle concernant les futurs Giovanissimi Nazionali (classe 2001) qui ne sont pas au niveau de leurs aînés. Toutefois, des recrutements ont été faits, remportant souvent la mise malgré une forte concurrence (Inter, Roma ou la Fiorentina). En effet, depuis deux semaines, les transferts agitent également les responsables du secteur jeunes qui ont ainsi signés Matteo Soncin (gardien) et les milieux Nicola Petricci (ci-dessus sur la photo), Giuseppe Iglio et Giacomo Olzer (supervisé par le Barca pour ce dernier). Seul l’avenir nous dira si ces recrutements ambitieux permettront au Milan de truster les meilleurs places comme la saison précédente.

 

  • Andrea

    Après que la Primavera c’est faite éliminer, Brocchi a dit que se serait plus facile avec les 98 !!

  • Giuseppe2203

    Tout ceux qui crache sur Witsel, vous changerez vite d’avis quand ll sera sur le terrain 😉

  • El nino

    Oui gundogan plus fort que witsel plus de hargne à la gatuso. Witsel n est pas assez entreprenant

  • Moi je préfere 1000 fois le joueur de dortmund qu’a witsel…non seulement il est trop chere et nous a repousser quand au debut disant qu’il veut jouer dans un club engagé en champions league…achetons Goundogan et Romagnoli et clore le mercato

    • El Sharaawy92

      En même temps qui veut pas jouer la LDC ?
      met toi à sa place, tu veux quitter ton club mais tu désires toujours jouer la LDC forcément il dira qu’il veut un club jouant la LDC
      s’il a changé d’avis, c’est qu’il est convaincu du projet Milanais

  • guillaume

    Ce que je trouve très bien c’est que l’ont cherche à prêter nos jeunes : Gabriel, Mastalli, Modic etc…

    Ce sont des joueurs qui auraient bien besoin de 2 bonnes saison de prêt dans des clubs de haut de tableau de Serie B ou bas de tableau serie A.

  • Maliko82

    @Galliani on parle de 23M+2 bonus et le zenit a baissé le prix a 30 .

    • Galliani

      Ah merci pour l’info! Bon ba du coup on entube l’inter avec leur Kondogbia a 40M… Maintenant je voudrait Romagnoli Laporte Zaltan et un top DC

  • alouMilan

    Milan veut essayer d’abord witsel pour voir. Si ça échoue on se rabat sur Goundogan car on a déjà l’accord de witsel

    • Galliani

      C’est bête car pour le prix de Witsel (40M) on peut avoir Gundogan (25) et Romagnoli (20) …

  • Witsel est proche du milan,il est d’accord de venir au milan mais reste a convaincre le Zenith pour laisser venir chez nous,c’est le moment ou jamais!!!!

    • Gatsrosso

      Des nouvelles sur le dossier Gundogan???

  • Gatsrosso

    Vraiment! Rien à dire sur l’article, super édifiant… Impassiant de voir jouer Calabria et pourquoi prendre la titularisation sur Abate 🙂 Forza Milan

    • Gatsrosso

      Impatient voulais-je dire 😉

  • Pirlopiero

    Super article que l’on peut trouver nul par ailleurs forza ac milan zone
    Forza Milan

  • Tom

    Exact, info avéré peu de temps après la rédaction de cet article. D’où l’oubli 🙂

  • Ibrascore

    Piccinocchi a également été confirmé comme prêté à Lugano en date du 7 juillet sur le site officiel du FC Lugano (1ère division suisse).

error: