Le point économique de Fassone

fassone-san-siro

Si, à l’approche de Milan – Roma, le club lombard connaît quelques turbulences sportives, la direction rossonera doit aussi se concentrer sur certains aspects économiques. En effet, depuis le changement de propriétaire en avril dernier, les supputations vont bon train quant à la situation financière du Milan.

Marco Fassone, en sa qualité d’administrateur-délégué, est déjà intervenu à plusieurs reprises dans les médias pour répondre à certaines interrogations – notamment celles de James Pallotta, président de la Roma – et il l’a fait une nouvelle fois ce week-end à l’occasion du Wired Next Fest 2017 (festival dédiée à l’innovation économique et aux sciences) où il a participé à la conférence « Il Calcio globale ».

Fassone a notamment évoqué le Fair-Play Financier (FPF) de l’UEFA, remis en cause à plusieurs reprises lors du dernier mercato :

« Le FPF a déjà été réformé depuis sa création, notamment avec la possibilité de mettre en place un voluntary agreement, ce qui n’existait pas lors des premières années. Toutes les règles qui apparaissent sont progressivement adaptées à la réalité des faits : beaucoup de clubs ont trouvé des solutions pour les contourner comme, par exemple, les prêts avec obligation d’achat ou des contrats de sponsoring surévalués.

Nous serons le premier club à souscrire un voluntary agreement (voir les explications à ce sujet ici, ndlr). En ce qui concerne la négociation, nous avons rencontré la commission en charge en mai dernier, seulement vingt jours après le changement de propriétaire du club. Nous avons retenu comme opportun de faire une dérogation aux délais habituels en renvoyant à six mois la présentation de nos plans pour qu’ils puissent être plus pondérés et réfléchis que dans un délai de quinze jours.

Nous aurons un rendez-vous avec la commission au mois de novembre, où nous exposerons nos plans pour les prochaines années afin de montrer notre volonté de faire des investissements importants qui nous ramènerons à un très bon niveau et de respecter les seuils du FPF qui prévoient une perte maximale de 30 millions d’euros.

Je crois qu’au sujet du FPF, nous devrons nous habituer au fait qu’il restera en place, comme je crois que l’UEFA devra progressivement l’adapter. Si nous devions découvrir que les événements qui se sont déroulés à Paris cet été n’étaient pas enregistrés dans le bilan du club selon les modalités auxquelles nous nous conformons, cela pourrait créer des tensions. Au cours d’une discussion, Jean-Claude Blanc (directeur général du PSG, ndlr) m’a assuré que ses deux opérations majeures seront enregistrées au bilan de 2018. Je suis confiant sur le fait que le PSG respectera les règles. »

Encore sur le voluntary agreement et le remboursement du fonds d’investissement Elliott :

« Si nous réussissons à nous entendre avec l’UEFA, l’accord devra être souscrit avant la fin de l’année 2017. Au cours des trois mois qui restent, les présentations de nos plans et les discussions avec l’UEFA auront lieu. J’espère que l’UEFA partagera nos choix stratégiques et nous amène à conclure cet accord, avec toutes les conséquences qu’il engendrera.

Le remboursement du fonds Elliott, je voudrais le terminer début 2018. Nous avons déjà lancé une série de négociations et de rencontres avec tout le monde financier et économique : des fonds, de banques,… Je suis confiant dans le fait que le remboursement pourra intervenir d’ici au printemps prochain et avec les meilleures conditions possibles tant pour le Milan que pour la holding du Milan.

En ce qui concerne la position de l’équipe, nous découvrirons tout cela fin mai. Je suis très confiant : j’espère qu’il y aura la possibilité d’atteindre notre objectif déclaré, par l’Europa League ou par le championnat. Si nous ne devions pas y arriver, le Milan ne fera pas faillite pour autant : nous allons présenter à l’UEFA des plans qui prévoient que nous ne jouerons pas la Champions League dès l’année prochaine. Que nous jouions l’Europa ou non, ça ne sera pas la fin du monde, même si c’est un objectif concret et voulu par nous tous. »

  • O’Track

    Si on va pas en C1 Gigio devra être vendu

    • Antoine1899

      Devra ? Il partira peut etre lui meme avec Raiola mais c’est pas le seul qui peut rapporter du fric on a des jeunes qui peuvent éclore rapidement comme Plizarri ou Cutrone

      • O’Track

        A mon avis si Gigio part Plizzari prendra sa place

error: