Brocchi, véritable révolutionnaire ou énième fusible présidentiel ?

brocchi_samp

L’affaire a fait grand bruit mais est désormais officielle depuis une semaine : l’entraîneur Serbe Sinisa Mihajlovic s’est vu remercier avec pertes et fracas, et a du laisser son poste au désormais ex-entraîneur de la Primavera, Cristian Brocchi.

Si la sanction somme toute sévère a l’encontre de l’ex coach rossonero a subi une vague massive de contestations, l’heure est maintenant à l’analyse du Mister Brocchi. Qui est ce nouvel entraîneur ? Est-il un énième camouflet de la gestion catastrophique de la direction ? Peut-il relever le Milan et convaincre en l’espace de six rencontres Berlusconi de le conserver ? Nous essayerons de répondre à toutes ces questions.

 

Une carrière marquée sous le blason rossonero

Cristian-Brocchi-AC-Milan-Panini-3-360x478

C’était il y a désormais plus de 20 ans que naissait l’amour entre Brocchi et le club rossonero. Présent dans le secteur jeunes – comme un symbole aujourd’hui – du club, c’est lors de la saison 1994/1995 qu’il intégrera officiellement l’équipe première.

Après plusieurs prêts successifs afin de glaner du temps de jeu, les années 2000 verront Brocchi prendre une part importante a la dernière période dorée du club. Bon soldat, remplaçant volontaire et guerrier indiscutable, donnant tout sur le terrain les quelques fois qu’il fut aligné, Brocchi fut de la partie lors du titre de 2004 et des divers épopées Européennes en 2003 & 2007 (mais aussi présent lors de la finale perdue de 2005). Après un total de 6 années passées sous le maillot Rouge et Noir, Brocchi décide en 2008 de continuer et finir sa carrière à la Lazio, un club qui le marquera également.

Tout d’abord titulaire, il sera progressivement laché par un physique et se rapprochera inéluctablement de la retraite lors de la saison 2012/2013. C’est d’ailleurs de la pire des manières qu’il quittera les terrains puisque c’est lors du triste Genoa – Lazio que l’on verra pour la dernière fois ce volontaire soldat, frappé par un tacle assassin et non moins volontaire de Matuzalem qui le verra mettre un terme à sa carrière dès Février 2013.

Privé de quelques mois de carrière supplémentaires, Brocchi va toutefois rebondir très vite, sous une casquette différente, puisqu’il retourne à ses premiers amours en acceptant de devenir le coach des Allievi Lega Pro pour la saison 2013/2014.

 

Débuts explosifs et promotion(s) express

 

Brocchi

 Sous la houlette de la génération 98, Cristian Brocchi réalisera une saison exceptionnelle : demi finaliste de l’Al Kaas Cup, vainqueur d’un second tournoi prestigieux au dépens du Real Madrid et surtout premier de son championnat avec dix points d’avance. La bande des Cutrone, Iudica, Llamas, M.Modic mais aussi d’un certain Donnarumma (fraîchement promu par Brocchi malgré son année de retard) a parfaitement répondu aux exigences du coach Rossonero dont les idées commençaient a trouver de plus en plus d’adeptes dans le secteur jeune.

A l’aube de la saison 2014/2015, un ex de ses coéquipiers, Clarence Seedorf se fait froidement remercier par la direction Rossonera et c’est à Inzaghi, alors coach de la Primavera et lui aussi ancien coéquipier de Brocchi, que l’on donne les clés de l’équipe première. Si les feux des projecteurs se braquent sur l’ancien buteur, Cristian Brocchi profite lui aussi de ce jeu des chaises musicales en recevant la direction de la Primavera dès cette deuxième saison.

Avec un effectif ultra jeune (sans doute le plus jeune parmi les grosses écuries du championnat), mené par une poignée « d’anciens » comme Mastalli, Di Molfetta et un certain Calabria, il va consolider son groupe avec un grand nombre de jeunes 97 voir davantage (promotions de quelques éléments parmi les poulains qu’il eut l’an passé comme Cutrone, Locatelli mais aussi la promotion précoce d’un gamin de 15 ans dans les buts, j’ai nommé Gianluigi Donnarumma).

Au terme d’une saison de haute volée, le Milan se qualifie à nouveau (ndlr, ce qui ne fut pas le cas sous Inzaghi malgré un effectif plus âgé) pour la phase finale des U19 au terme d’une très belle saison régulière avec une seconde place avec 52 points et un statut de meilleur attaque U19 avec trois buts par match en moyenne (malgré une défense perméable).

Si l’équipe U19 verra son parcours s’arrêter en quarts de finale, s’inclinant sans perdre aux tirs aux buts face au Torino (futur vainqueur), le Milan version Brocchi a marqué de son empreinte par un jeu plaisant, offensif et qui a fait trembler des adversaires les plus coriaces.

Cette saison, mené par un groupe qu’il connait parfaitement entre une génération 97 utilisée lors de sa première année de Primavera et la génération 98 qu’il connait depuis ses débuts en tant qu’entraîneur, il mettra un temps a créer une alchimie sur ce groupe. Il faut par conséquent en grande difficultés jusqu’au mois de décembre.

Mais depuis mi décembre, Brocchi a enfin trouvé la recette, troquant son habituel 4-3-3 pour un 4-3-1-2 redoutable. Depuis 4 mois, la Primavera Milanaise enchaînera 10 victoires et un match nul en onze matchs, passant d’une sixième place peu glorieuse à une première place provisoire, redevenant également la meilleure attaque du championnat.

Comme un symbole, il réalisera un festival offensif lors de son dernier match (amical) avec une nette victoire 7-3 contre Novara. Adoubé par un président particulièrement fan du jeu offensif prôné par Brocchi, il laissera ses poulains un certain 12 Avril pour recevoir une nouvelle promotion et pour commencer un challenge des plus excitants, bien que tout aussi périlleux.

 

Un formateur hors pair à l’idéologie offensive

 

De ces deux années et demi sous les bancs Milanais auprès des jeunes talents du club, il aura été plus qu’un entraîneur, mais un véritable moteur pour le projet jeunes. 

Si certains éléments (avec en tête de liste Gianluigi Donnarumma, mais aussi Calabria et plus récemment Locatelli) ont pu intégrer l’équipe première, ils le doivent en grande partie au travail de Brocchi. C’est lui qui a promu le portier de 17 ans avec les 98, c’est encore lui qui décide de placer sa confiance en un jeune gardien d’alors 15 ans quand son portier titulaire n’est pas disponible, c’est toujours lui qui déclarera lors de cette même journée que l’âge n’importait pas, que seul le talent était a prendre compte et qu’il était là pour faire éclore certains jeunes. C’est pourquoi il n’a pas hésité à confier les clés du jeu a Manuel Locatelli, vice capitaine de la Primavera et meilleur élément jusqu’a sa promotion cet hiver chez les pros.

1827123-38539700-640-360

Cristian Brocchi est un formateur. C’est d’une part quelqu’un qui a privilégié durant ces deux années la formation de ces poulains aux résultats sportifs, et d’autre part, quelqu’un qui n’a jamais cessé de produire du jeu et ce même lorsque son équipe menait au score. Enfin, c’est quelqu’un qui a toujours eu comme première ambition de promouvoir certains de ses éléments en équipe première. Véritable « papa poule » chez ses jeunes joueurs, il n’a jamais caché sa joie de voir un jeune percer en pro et n’a jamais caché ce véritable but, quitte à en faire passer le résultat de la Primavera pour secondaire.

Loué par ses pairs (encore récemment avec les commentaires élogieux du nouvel entraîneur de la lazio Simone Inzaghi, ou bien encore de l’entraîneur de la Primavera Interiste Vecchi) pour cet aspect, il est également salué par le jeu qu’il a développé avec ses équipes.

Dans un style très offensif, basé sur du jeu au sol et une possession de balle fréquemment supérieure à ses adversaires, l’idée de Brocchi et de faire des défénseurs centraux (et parfois même du gardien de but) les premiers relanceurs et la première pierre a l’édifice de chaque attaque, des attaques souvent menées par un surnombre avec l’utilisation offensive des latéraux défensifs, mais également de deux des trois milieux du centre.

Jonglant entre un 4-3-3 et un 4-3-1-2, il conserve donc comme base une défense à quatre et un milieu a trois dans lequel est intégré un regista technique devant la défense; une base où seul le trio offensif demeure incertain et variable en fonction de l’adversaire, de la forme du moment ou des joueurs a disposition.

Toutefois, si certaines idées resteront, Brocchi maintient quand même quelques incertitudes au regard de ses compétences tactiques et va devoir modifier certains aspects.

 

Quid de la tactique ?

 

En effet, malgré les louanges faites à son égard par de nombreuses personnalités du football, Christian Brocchi ne reste qu’un coach sans expérience. Un entraîneur qui va devoir convaincre la direction mais aussi les tifosi (hostiles quant au choix d’évincer le Serbe avant la fin de la saison), et qui va devoir composer avec un climat délicat, empiré une direction aux choix abracadabrantesques.

Qu’importe les compétences acquises chez les jeunes, elles restent maigres au regard de l’enjeu essentiel de ces six derniers matchs avec une sixième place à conserver (un seul point d’avance et une différence de but particulière pénalisante sur Sassuolo) et une finale de coupe à disputer. Si le mister Brocchi a évoqué les mots « stimulant » et « excitant », le commun des mortels emploierait davantage le mot « dangereux », voir « suicidaire » pour les plus sceptiques.

En outre, des questions demeurent sur ces connaissances tactiques. Ayant pour ligne de conduite une progression des jeunes avant le résultat, ligne qu’il ne pourra conserver au regard des exigences sportives qui lui sont demandés, il est a l’heure actuelle impossible de réellement percevoir les qualités et carences tactiques du coach rossonero puisqu’il n’a guère eu l’occasion de les montrer.

Enfin, si certains aspects de ses idées resteront (le talent avant l’âge ou bien encore le module de jeu), il pourrait se heurter à quelques freins, comme la qualité d’un effectif ne lui permettant pas forcément d’obtenir le jeu qu’il souhaiterait. En effet, pour effectuer dans son 4-3-1-2, un jeu de possession basé de passes au sol, il faut des joueurs techniques, des latéraux offensifs et des mecs avec une intelligence tactique certaine, ce qui n’est pas forcément le cas de l’effectif actuel.

Quoi qu’il en soit, Cristian Brocchi s’apprête à vivre une nouvelle aventure palpitante, marquée une nouvelle fois par les couleurs du club qui l’a formé et qu’il a tant aimé. Ce weekend, Broccolo s’apprête a retrouver les pelouses de Serie A un peu plus de trois ans après les avoir quitté en pleurs, fauché par cette horrible blessure. Et ça, qu’importe la suite des événements, cela constitue tout de même une petite victoire pour notre soldat Rossonero.

 

cristian-brocchi-milan_g2prvojnb0on1ux0yen43ksd7

 

  • piscodonnaruma

    mdrrrr c’est clair mais le probléme c’est Berlu…c’est trop difficile de le convaincre

  • Bacca70

    Robin li augmente son offre d’achat à 720M (contre les 650-700 annoncés) pour toujours 70% des parts. Berlusconi veut bien céder à une seule conditions : qu’ils démontrent leurs puissances financières ainsi que leurs projets à long terme. Il veut pas que ça aille entre de mauvaise main

    • piscodonnaruma

      Mon Dieu 720 millions pour seulement 70% ?
      Cette homme doit être vraiment hyper mega riche pour faire une telle proposition. Si Berlu accepte sa sent le retour des mercatos XXL avec une telle puisance financiere.
      En plus il parrait à déja trouvé des partenaires commerciaux qui pourront apporter au milan plus de 150 millions par saison.
      Prions pour que Berlu accepte.
      Si cette homme nous echappe , on aura plus meilleur que lui c’est clair

    • Fouse

      Ou tu a vu qu’il a augmenter le prix ?

      • piscodonnaruma

        Fouse presque toutes les médias en italie en parle ainsi que les sites …moi je l’ai vu sur un site milanais ou tous les details de la proposition des chinois sont élucidés et croit c’est vraiment du lourd .
        Si sa se fait on pourrait meme rever des joueurs comme Neymar.
        Ils ont un pouvoir financier inégalable.

  • HIGHLANDER

    c notre van gaal un grand formateur

  • Kiichi Miyazawa le Retour

    bonjour a tout monde voila des new sur milan a propos de la vente du club
    http://www.tuttosport.com/news/calcio/calciomercato/2016/04/19-10686290/la_cina_vicina_berlusconi_che_fai_lo_vendi_il_milan_/

    et la traduction en français :

    La Chine est proche. Berlusconi vous, vous vendez Milan?

    Hier et aujourd’hui , les jours cruciaux pour la vente du club. Les Chinois soulèvent l’offre de 720 millions, à proximité avant. Il appartient au propriétaire de la décision finale tweets

    Mardi, 19 Avril, 2016

    de Pasquale Campopiano

    2

    Je l’aime

    1

    Je n’aime pas

    1

    Facebook

    gazouillement

    Google

    email

    presse

    4

    commentaires

    Marchisio dans la clinique pour la chirurgie

    ROME – Il est à M. B., le vrai. Silvio Berlusconi est à la croisée des chemins, doit prendre sa décision. Surrender son Milan AC , le club qui a conduit plus d’une fois au sommet de l’Everest du football dans ses 30 ans en tant que président, ou le garder avec tous les risques et les problèmes qui en découleront. Nous ‘été un longue journée, hier, et annonce aujourd’hui tout aussi difficile, mais nous sommes là. Les faits sont connus, dans un cabinet d’avocats basé à Rome , vous faites affaire avec la vente du club le plus réussi dans le monde avec le Real Madrid, Barcelone, Boca Juniors et Al Ahly; AC Milan. D’une part , il y a la Fininvest avec tout son patron représentant légal Silvio Berlusconi, l’autre conseiller italo-américain Sal Galatioto avec son son SPG (Galatioto Sports Group) , qui représente le consortium chinois intéressés à acheter le club . Consortium qui ferait référence à la sixième homme le plus puissant en Chine, le Robin Li qui a construit un empire hors – ligne e-commerce sur Internet, les moteurs de recherche, les énergies renouvelables et la livraison de nourriture; actifs estimés à ce jour de Forbes, 13,9 milliards de dollars.

    TOUT SUR MILAN

    FERMETURE DE TRES PROCHE – Maintenant que le dragon voulait acheter le diable, il est très bien connu, les nouvelles sont que, comme l’a annoncé la semaine dernière sur corrieredellosport.it, hier , il y avait une conférence téléphonique cruciale pour toutes les transactions financières impliquant Milan AC . Les Chinois ont terminé la phase de due diligence (qui est, l’ analyse financière sur les comptes Rossoneri), préparé son propre plan d’investissement (qui devrait garantir le club de revenus pour environ 300 millions d’ euros en l’espace de deux ans entre les promoteurs, la tournée d’été et les partenariats commercial) et maintenant sont même approvisionnement prêt. Offre qui est légèrement en montée juste pour convaincre davantage ce qui reste, à notre connaissance, encore perplexe Silvio Berlusconi. Eh bien à partir de la première 650/700 millions, offre Eastern augmenterait jusqu’à 720 millions. Conditions de la transaction sont ceux annoncés dans cette histoire d’espionnage longtemps sur le Milan: Rossoneri 70% des actions immédiatement avant la fin de cette saison, les 30% restants dans l’année. Les autres nouvelles est que, de nos sources, les parties sont fondamentalement juste à côté d’un accord préliminaire sur le nombre et la structure de l’opération que nous venons de mentionner.

    Le système de transfert

    SILVIO, vous faire? – Lui manquant, il ne manque que Silvio Berlusconi. Cela, mis comme ça, diront que sans lui l’accord pourrait être considéré comme même commencé, mais le Berlusconi nous dire est un président pleinement informé des faits, mais toujours combattu. Les avocats des deux parties sont à une étape préliminaire de l’accord, tel que mentionné, Berlusconi pense à ce sujet. Il veut savoir exactement qui et combien d’investisseurs chinois qui veulent acheter son Milan (dans cette clé sera le rôle de Sal Galatioto médiateur), et surtout, le dernier jour des nouvelles, il a demandé une image très précise de leur solidité financière. Alors, peut – être, il va dire oui. Seulement alors il va vendre son âme au diable dragon.

  • Galliani

    Si notre Milan veut tout péter la saison prochaine il faut récupèrer Lippi. Niveau recrue, on a besoin d’une defense tres solide pour accompagner notre jeun gardien. Abdennour souhaite partir de Valence et Dani Alves du barca; les deux ont fait part de leur interressement quant à l’idée de rejoindre Milan. Ensuite si nous perdons Alex, Ely, et Mexes il nous faut un autre défenseur central ainsi qu’un latéral gauche pour éviter de voir De Sciglio évoluer à ce poste quand Antonelli n’est pas la. Naines voudrait quitter Everton et est fabuleux à son poste, ou Alex Sandro en manque de temps de jeu à la Juve. Matip comme renfort au centre. Au milieu vendre Bertolacci Honda Nocerino et Poli, prêter Mauri et Suso. Un milieu composé de Monto, De Jong, Boateng, Kucka, Bonnaventura et acheter un véritable trequartista comme Oscar qui va quitter Chelsea. En attaque tenté Zlatan mais garder Menez Balotelli Bacca LA et Niang.
    Effectif:
    Donnaruma
    Diego Lopez
    Livieri
    Calabria
    Abate
    De Sciglio
    Antonelli
    Baines
    Dani Alves
    Rimagnoli
    Matip
    Abdennour
    De Jong
    Montolivio
    Oscar
    Bonnaventura
    Boateng
    Kucka
    (Primavera)
    Zlatan
    Bacca
    LA
    Niang
    Menez
    Balotelli

    • IlFaraone92

      Lopez va partir, ta du louper un épisode mais De Jong est déjà parti, tout comme nocerino …
      Montolivo n’a plus le niveau ! Si Locatelli à les épaules ok, mais faut déjà l’essayer cette fin de saison, autrement acheter un autre milieu ne ferais pas de mal.
      Dani alves c’est bien mais il commence à être vieux, et Abate est bon je trouve (défensivement en tout cas), Alex Sandro ne partira jamais de la Juve (surtout si evra ne prolonge pas). Abdennour ? il fait une mauvaise saison sauf erreur..
      Oscar ce serait bien mais pas sur qu’il veuille venir, il y aura des rumeurs et il finira ala Juve..
      Si on à un nouvelle investisseur et des moyens, il faut arrêter avec ces cas Menez, boateng etc.
      Zlatan pourrait encore beaucoup nous apporter je pense, pendant une saison en tout cas. Avec un joueurs comme ça tout nos égalités contre les petites équipe se transformeraient en victoires

      • Mehdi Conway

        Abdennour est un très très bon défenseur et une valeur sûre il se plaira dans un club comme le milan car en plus d’être bon il est rigoureux et professionnels (qualité qu’on ne retrouve plus ces temps ci au club) et concernant sa saison il a simplement eu sa période d’adaptation qui a était freiné par les blessures mais il a repris sa place de titulaire, le seul bémol c’est qu’il a exactement le même profil que Romagnoli donc aligner les deux en défense serait pas cohérent. En meneur de jeu par contre je prendrai Pastore plutôt que Oscar qui subit l’injustice de Laurent Blanc à Paris

    • Mister_El92

      Le latéral gauche on l’a déjà, Vangioni de River Plate

  • piscodonnaruma

    Banh Brocchi c’est vrai qu’il a gagné son premier match avec des conditions que nous savons tous mais il n’a pas la carrure pour etre l’entraineur du milan il ne faut se mentir …Lippi ou Donadoni seront la bienvenue.

    • IlFaraone92

      Lippi est dépassé par le football moderne.. même si je l’aime bien, surtout pour la CDM 2006.. mais le football à évolué

      • piscodonnaruma

        je suis pas du meme avis que toi…Lippi n’est pas dépassé dans la mesure ou meme s’il a un coaching basé sur la défense , il propose du beau jeu à l’image de l’équipe d’italie en 2006.
        Et en plus c’est un grand entraineur qui se fera respecterpar tous les joueurs ce qui n’est pas le cas de ceux qui là actuellement.

  • Beswinger

    Ce qu’il nous faudrait surtout c’est un Leonardo ou Braida pour nous trouver de bon joueurs a transferer

    • IlFaraone92

      Leonardo se serait vraiment bien, mais il leur faudra quand même de l’argent

  • Bacca70

    Si les chinois arrivent à racheter le Milan, ce serait vraisemblablement lippi au poste d’entraineur…

    • Mister_El92

      Hé ben on serait pas sorti de l’auberge avec lui….

      • Forza Milan à vie! !

        Je préfère déjà lippi qui a l’expérience et les joueurs le respect.

        • Mister_El92

          Oui mais sa vision du foot est un peu « dépassé » je trouve, on a besoin de quelque chose de nouveau et Lippi à une vision un peu viellotte du foot ! Après je suis d’accord avec toi, c’est un entraineur très respecté avec énormément d’expériance !

          • Massimo

            Moi j’ai bien lippi ..

          • Forza Milan à vie! !

            Vieux mais en 2006 il tape une coupe du monde ne l’oublions pas. A mon avis si il aurait plus sa tête sa se serait.

        • Roma@

          Bah si avec lippi ils nous ramène de bon joueurs les investisseurs bah pk pas je dis !

    • Kiichi Miyazawa le Retour

      non pas lippi même si c’est l’un des meilleur entraîneur italien je préféré en tant directeur sportif

  • Ruddy Nsibu

    Bel article mais je crois que l’evaluer en 6matchs seulement serait une grave erreur parce que là apparemment c’est un mec qui a les idées claires niveau jeux à produire quoi.. La grande question reste à savoir est ce qu’on a des joueurs compatible à ses idées?

    • Forza Milan à vie! !

      Je préférerais un coach plus expérimenté car les expériences concernant les coaches ras le bol. Avec tout le respect que j’ai pour Brocchi je pense que le poste est trop grand. J’aimerais plus un Rijkaard, Emery ou Klopp pour revenir au base du football.

      • hakim bentrich

        on est de même avis

      • Zlatan11

        Klopp ce serait la cerise sur le gâteau mais je le vois pas quitter Liverpool. Emery?? J’avoue que je suis pas trop fan même si je reconnais qu’il fait du bon boulot. Je miserais tout sur Donadoni

        • Forza Milan à vie! !

          Oui pour moi Donadoni sa me dérange pas, car il a de l’expérience contrairement à Brocchi. Car mettre Brocchi c’est répéter les mêmes erreurs que avec Inzaghi et Seedorf. Pour moi le top serait Rijkaard.

  • Maliko ti amo Milan

    Énième fusible sans doute

    • Forza Milan à vie! !

      Possible !!