Abbiati : « C’était une organisation fumeuse »

Christian Abbiati during Serie A match between Milan v Chievo Verona, in Milan, on March 18, 2018 (Photo by Loris Roselli/NurPhoto).

Nommé club manager à l’aube du premier Milan chinois, Christian Abbiati est parti discrètement par la petite porte il y a quelques semaines, ne souhaitant pas poursuivre dans ce rôle pour le moins particulier d’intermédiaire entre les joueurs, le staff et la direction. Hier, à l’occasion d’une interview à La Gazzetta dello Sport, l’ex portier emblématique du club rossonero a livré un constat lucide sur l’année écoulée et sur l’actualité du Milan.

« Quand tu joues le rôle de club manager, tu dois aider tout le monde et à tous les niveaux : l’entraîneur, le directeur sportif, le team manager, les joueurs, Milanello… Mais c’est un rôle étrange, toujours sur le fil du rasoir. Je prends un exemple : si un joueur fait une bêtise et que tu la rapportes à l’entraîneur, tu vas passer pour un espion.

En somme, c’est un rôle très politique et j’ai compris que ce n’était pas fait pour moi. Le plus souvent, je rentrais chez moi de mauvaise humeur. J’ai fait le choix de ne pas continuer, Mirabelli m’avait proposé un renouvellement de contrat mais je l’ai refusé. Et puis, je ne me voyais pas en costume cravate.

Mon erreur a été de faire des comparaisons avec le vieux Milan, où nous avions des références concrètes. Là, à l’inverse, il y avait beaucoup de confusion dans la direction. C’était une organisation fumeuse qui voulait se faire passer comme parfaite.

Mon point de référence était Gattuso. Rino a été phénoménal, il m’a beaucoup surpris comme entraîneur, il a su rentrer dans la tête des joueurs pour les stimuler et les motiver. Avec ces générations, ce n’est pas facile. Je conseille à Elliott de bien le garder.

Montella a été un semi désastre. Il ne se fiait à personne et il l’a payé par ses résultats. En ce qui concerne Mirabelli, je dois dire que c’est une personne qui travaille beaucoup. Il a très bien géré l’histoire de la prolongation de Donnarumma, en protégeant le club. Il a été un des rares à aller contre Raiola, puis il a gagné son pari avec Gattuso.

Donnarumma et Reina peuvent cohabiter. La concurrence les aidera tous les deux. Pour Donnarumma, la meilleure chose est de rester encore au Milan, notamment parce que le préparateur des gardiens a changé et je veux le voir avec une autre façon de travailler. Magni (l’ex entraîneur des gardiens, ndlr) a le mérite de l’avoir amené à ce niveau mais Gigio ne s’est pas amélioré, sa progression s’est arrêtée.

Higuain était l’attaquant qui manquait. Je suis surpris de la façon dont sont allées les choses avec la Juventus et je pense que c’est sans aucun doute le Milan qui sort gagnant de cette affaire. En ce qui concerne Bonucci, je pense qu’on lui a fait des promesses qui n’ont pas été tenues mais il a eu le mérite de faire grandir Romagnoli.

Si Maldini et Leonardo m’appellent, je les écouterai volontiers. Ce sont deux amis et deux grands professionnels qui connaissent leur travail. Ce sont les bonnes personnes pour repartir car ils connaissent le Milan. En tant que milanista, je voulais absolument voir Paolo au club et quand Leonardo est arrivé, je me suis dit : ‘Maintenant, Paolo va venir aussi’.

L’histoire de Leonardo avec l’Inter fait partie du passé, l’eau a coulé sous les ponts. A l’époque, nous avions été surpris car nous ne nous y attendions pas du tout. Simplement, moi, dans mon placard, je n’ai que deux maillots signés : celui de Maldini et le sien. Cela vous montre bien ce que je pense de lui ! »

  • Romagnoli1899

    Il dit des vérités sans langue de bois!!

  • azzizz marco

    on vous souhaite bien de rejoignez le staff milanais au cotés de tes anciens coéquipiers Maldini/Léo

    • Antoine1899

      Ouais ce serait cool en plus de Kaka aussi

error: